JEFFERS ROBINSON (1885-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nourri de culture classique, élevé à la spartiate, Jeffers passa la majeure partie de sa vie au bord du Pacifique ; sa philosophie fait grand cas du déclin inéluctable des civilisations et, refusant de prolonger vingt siècles d'anthropocentrisme, propose un « inhumanisme » fondamental : il apparaît ainsi comme l'extrême-occidental et doit une large part du refus obstiné dont sa poésie est l'objet à l'irrecevabilité de sa vision, à son existence d'anachorète, à la scandaleuse violence de ses thèmes.

Fils d'un professeur d'études bibliques, John Robinson Jeffers naît à Pittsburgh, en Pennsylvanie, le 10 janvier 1885. Son éducation débute par de nombreux séjours en Europe, l'apprentissage de plusieurs langues et des littératures européennes. En 1902, il entreprend des études universitaires, ponctuées, en 1910 et 1913 de diplômes de médecine et de sylviculture. Sa connaissance aiguë de la nature et du cosmos dans toutes leurs manifestations transparaît dans son œuvre entière.

En 1913, Jeffers épouse une femme à l'énergie hors du commun, Una, qui exercera sur lui une profonde influence. Ses deux premiers volumes de poésie, Flagons and Apples (1912) et Californians (1916) sont peu remarqués ; mais les paysages de l'Ouest américain (le couple s'est installé à Carmel, près de Monterey) en occupent déjà l'espace. Vivant en reclus dans une maison (Tor House) qu'il bâtit de ses mains avec les rochers de la côte et que domine une tour massive (Hawk Tower), Jeffers ne quittera plus guère la côte californienne, exception faite de brefs voyages en Irlande, au Nouveau-Mexique et sur la côte est, entrepris à l'initiative d'Una. C'est à Tor House qu'il mourra, quelques années après elle, en 1962, laissant plus de trente-cinq longs récits en vers et plus de trois cents poèmes.

La réputation critique de Jeffers naît avec Tamar and Other Poems (1924). Son traitement mythique, rituel et abondamment symbolique du destin de la fille de David se nourrit des thèmes, durables dans son œuvre, du désir sexuel, de l'inceste et de la v [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature américaine à l'université d'Orléans

Classification


Autres références

«  JEFFERS ROBINSON (1885-1962)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Deux isolés : Hart Crane et Robinson Jeffers »  : […] En ce qui concerne Robinson Jeffers, la condamnation n'a pas tant été à l'isolement qu'à l'oubli ou au mépris, alors que l'isolement pourrait, pour une fois, caractériser justement l'homme et son travail. Robinson Jeffers, c'est l'extrême-occidental. D'une vie passée loin du monde dans une retraite construite de ses mains en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_88508

Pour citer l’article

Marc CHÉNETIER, « JEFFERS ROBINSON - (1885-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robinson-jeffers/