CORNEVIN ROBERT (1919-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historien de l'Afrique, Robert Cornevin a été emporté brutalement par la mort le 14 décembre 1988, à la suite d'une opération. Il était né le 26 août 1919 à Malesherbes (Loiret) mais était issu d'une vieille famille bourguignonne de Sacy, le village de Restif de La Bretonne. Entré en 1938 à l'École nationale de la France d'outre-mer, il en sort breveté en 1942, après un premier voyage sur la côte d'Afrique en 1939 et un stage au Sénégal en 1941. Il débute comme administrateur adjoint à Djougou (Dahomey, l'actuel Bénin). Mobilisé en 1939-1940, il se trouvera à nouveau sous les drapeaux de 1942 à 1947, successivement à Kandi (Dahomey), en Algérie, à Ceylan et au Cambodge. Sa vocation africaine le fait revenir en Afrique en 1948 et il y servira au Togo jusqu'en 1956, pendant six ans, comme commandant de cercle dans des postes de brousse du Nord-Togo. Utilisant dès son premier séjour ses tournées de recensement pour collecter traditions orales et données anthropologiques et historiques, il restera très attaché à ces populations montagnardes de l'Atakora auxquelles il avait consacré ses premiers travaux de terrain.

C'est en 1956 qu'il publie son premier ouvrage, Histoire de l'Afrique des origines jusqu'à nos jours, alors sans précédent ni équivalent. Il soutient en 1960 comme thèse de doctorat d'État une Histoire des peuples d'Afrique inspirée de Diedrich Westermann, sa thèse complémentaire étant consacrée aux Bassari du Nord-Togo.

En 1960, il est nommé directeur du Centre d'études et de documentation sur l'Afrique et l'outre-mer (C.E.D.A.O.M.), organisme dépendant de la Documentation française. Le C.E.D.A.O.M. avait hérité du très riche fonds de l'Agence des colonies, et réunira bibliothèque et centre de documentation.

Robert Cornevin occupera ce poste jusqu'à sa retraite en 1985. Il crée en 1961 la revue trimestrielle Afrique contemporaine dont il est le rédacteur en chef jusqu'en 1985.

En dehors de ces fonctions, il donne des cours et des conférences dans de nombreuses institutions universitaires (C.H.E.A.M., Institut international d'administration, université de Paris-XIII) et participe à de nombreux colloques et congrès africanistes en France et à l'étranger. Il va dans cette période produire de nombreux ouvrages, dont sa monumentale Histoire de l'Afrique en trois volumes, et de nombreuses monographies par pays. Par leur caractère synthétique, ces ouvrages constituent des instruments d'information et de travail irremplaçables. Sa conception de l'histoire reste traditionnelle, « historisante », et de même ses interprétations restent traditionnelles, en ce sens que son attachement à l'œuvre coloniale, sa conception du service de l'État (et du devoir de réserve qui s'y attache) excluent les audaces, mais non les idées nouvelles.

De cette œuvre on ne peut détacher le nom de son épouse, Marianne Cornevin, médecin, qui fut sa collaboratrice dans les postes de brousse comme dans ses travaux historiques, et qui a elle-même publié des travaux sur l'histoire contemporaine de l'Afrique et sur l'Afrique du Sud.

Entré en 1965 à l'Académie des sciences d'outre-mer, il en devint le secrétaire perpétuel en 1971. Il y anima divers travaux, dont un dictionnaire biographique en plusieurs volumes sous le titre Hommes et Destins.

Il était également président de l'Association des écrivains de langue française (A.D.E.L.F.), avait publié des ouvrages sur la littérature et le théâtre de langue française en Afrique et aux Caraïbes, avait aidé à la promotion de jeunes écrivains d'expression française originaires de ces pays, et milité pour la francophonie.

Attaché à sa province d'origine, il avait consacré quelques-uns de ses travaux à la Bourgogne.

Fidèle à son corps d'origine (où il avait atteint le grade d'administrateur en chef de la France d'outre-mer), il rédigea, à la fin de sa vie, un ouvrage sur La France et les peuples du monde.

Au début des années 1940, avant son départ pour l'Afrique, il avait appartenu, avec sa future épouse, au mouvement de résistance Défense de la France. Il était officier de la Légion d'honneur et titulaire de nombreuses décorations africaines.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : agrégé de géographie, docteur d'État ès lettres et sciences humaines, maître de conférences honoraire à l'université de Paris VII

Classification

Pour citer l’article

Jean SURET-CANALE, « CORNEVIN ROBERT - (1919-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-cornevin/