MERRIFIELD ROBERT BRUCE (1921-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grands scientifiques inventent ou découvrent. Le chimiste américain Robert Bruce Merrifield, né à Fort Worth (Texas) le 15 juillet 1921, fut un inventeur.

Ses études universitaires se déroulèrent à l'université de Californie, à Los Angeles, où il obtint son Ph.D. en 1949. Puis il reçut immédiatement un engagement dans le laboratoire du Dr. D. W. Woolley à l'Institut Rockefeller de recherches médicales, à New York, qui deviendra l'université Rockefeller. Nommé professeur titulaire en 1966, bénéficiaire d'une chaire John D. Rockefeller, Jr., en 1983, Merrifield y effectuera l'intégralité de sa carrière.

Il eut d'abord à synthétiser des polypeptides, constitués de vingt à quarante acides aminés. Cela lui prenait un temps démesuré, plusieurs mois déjà pour les pentapeptides. Pour leurs homologues supérieurs, la perspective était décourageante. En effet, à chaque addition d'un résidu acide aminé, il fallait isoler le produit et le purifier, ce qui entraînait des pertes de temps et de matière.

Le 26 mai 1959, il nota une idée dans son cahier de laboratoire : utiliser une colonne chromatographique où le peptide en cours d'allongement serait fixé sur le support solide, avec ensuite addition du résidu suivant en solution, convenablement activé, et répétition du processus après enlèvement du groupement protecteur, autant de fois qu'il le faudrait jusqu'à l'obtention du produit désiré.

Il essaya de la poudre de cellulose comme premier support. Le produit se forma comme prévu, mais s'avéra impossible à récupérer par clivage acide. Merrifield, expérimentant d'autres supports, trouva que des perles minuscules de polystyrène copolymérisé avec 2 p. 100 de divinylbenzène convenaient à merveille. Dès 1962, il avait réussi à obtenir de la sorte un tétrapeptide avec un rendement de 100 p. 100, en quatre heures seulement.

Il ne lui restait plus qu'à automatiser la procédure. Il le fit, à l'américaine, dans le garage de sa maison, avec l'aide d'un ami pour les aspects électriques, Merrifield s'occupant de la « plomberie ».

Dès 1965, un prototype ét [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'École polytechnique et à l'université de Liège (Belgique)

Classification


Autres références

«  MERRIFIELD ROBERT BRUCE (1921-2006)  » est également traité dans :

SYNTHÈSE SUR SUPPORT SOLIDE

  • Écrit par 
  • Rebecca POULAIN, 
  • André TARTAR
  •  • 200 mots

Introduite en 1963 par R. B. Merrifield pour préparer des peptides, la synthèse sur support solide n'a été exploitée en synthèse organique qu'au cours des années 1990. Elle met en jeu un support constitué par de petites billes d'un polymère (P) insoluble, inerte dans les conditions de la synthèse. En revanche, ces polymères ont la particularité de gonfler dans les solvants utilisés, ce qui assure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synthese-sur-support-solide/#i_70036

Pour citer l’article

Pierre LASZLO, « MERRIFIELD ROBERT BRUCE - (1921-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-bruce-merrifield/