BAQUIÉ RICHARD (1952-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom du sculpteur français Richard Baquié est presque toujours associé à l'image d'un « bricoleur sensoriel » et sentimental ; en même temps, son œuvre évoque un ensemble d'objets, d'assemblages, de machines et de dispositifs au caractère « poétique et narratif » construits à partir de matériaux de récupération. Fidèle à l'artiste comme à l'œuvre, ce portrait manque pourtant l'essentiel, c'est-à-dire cela même qui ne fait pas craindre à Michel Enrici d'affirmer, à l'occasion de l'exposition d'Amore mio en 1985 au musée d'Art contemporain de Marseille : « Richard Baquié a organisé le 16 décembre à l'Arca un espace cathartique. La dramaturgie autant que la sculpture étaient présentes ce soir-là et ce que nous avons vu tenait du miracle. [...] Ce ne pouvait être la sculpture que nous aimions mais plutôt la somme des récits qu'elle mettait en branle et la cohorte de sensations qui les accompagnait. »

Les sculptures de Baquié sont toutes le lieu éminent d'une rencontre. En chacune d'elles se croisent et se répondent l'hypothèse d'une histoire, le souvenir d'une aventure ou le rêve d'un projet, l'évidence de la solitude et du désir, celle du temps passé, le pouvoir donné aux mots et aux objets de (re)construire un monde. Il ne s'agit plus de produire des objets mais de conjoindre l'espace physique et matériel de la sculpture à la réalité d'un espace mental où, ainsi que plusieurs dessins le proclament, « l'errance est fondatrice ».

Œuvre capitale et paradigmatique, Amore mio est une voiture découpée, éclatée en quatre parties (Plymouth Sud, Nord, Est et Ouest) : à l'est, la vitre de la portière gauche simule une immense roue en forme de carrousel où défile à toute vitesse la séquence d'un accident, ponctuée par un éclairage stroboscopique ; à l'ouest, l'autre portière donne sur une flèche façonnée en tôle d'aluminium et recouverte de givre ; un long conduit métallique draine l'air qu'un ventilateur pousse vers le coffre, au nord, où le chuintement d'un programme radiophonique se confond avec des voix enregist [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Alphonse VEUGLE, « BAQUIÉ RICHARD - (1952-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-baquie/