BELIN RENÉ (1898-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Commis à la Compagnie des téléphones, puis rédacteur aux P.T.T. en 1920, René Belin est secrétaire du syndicat C.G.T. des postiers de la région lyonnaise en 1926. Devenu secrétaire de la Fédération nationale des P.T.T., il est révoqué pour fait de grève (1930). Il accède en 1933 au bureau national de la C.G.T., aux côtés de Léon Jouhaux, comme secrétaire permanent. Après la réunification syndicale de 1935 et face à la poussée communiste au sein de la Confédération, Belin regroupe des militants « ex-confédérés » autour de la revue Syndicats à laquelle il donne pour but « la résistance à la colonisation communiste » : Jouhaux ne le désapprouve pas et préfère jouer un rôle d'arbitre entre les deux tendances.

En septembre 1938, Belin se rallie à la politique de Daladier lors de la crise de Munich. Son pacifisme l'entraîne à soutenir la politique de révision des traités de Versailles. Au Congrès confédéral de Nantes de novembre 1938, il regroupe un tiers des mandats sur un texte pacifiste et violemment anticommuniste.

Après la signature du pacte germano-soviétique, Belin triomphe et obtient sans peine l'exclusion des communistes de la C.G.T. Mais pour lui, la défaite de juin 1940 sonne le glas du vieux syndicalisme. Il faut, affirme-t-il, le repenser entièrement dans le cadre national. Il a démissionné du bureau national peu avant et accepte en juillet 1940 les postes de ministre à la Production industrielle et de secrétaire d'État au Travail dans le premier ministère du maréchal Pétain. À ce titre, il signe le décret de dissolution (novembre 1940) des centrales syndicales et patronales ; il est aussi l'agent de la remise en ordre économique du pays après la défaite. Sous la pression allemande, le portefeuille de la Production industrielle lui est retiré en février 1941, mais il conserve son secrétariat d'État au Travail. Il élabore alors la Charte du travail, sorte de compromis entre sa volonté de sauvegarder une certaine autonomie du syndicat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BELIN RENÉ (1898-1977)  » est également traité dans :

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La réunification et le Front »  : […] Affaiblie par la scission, la C.G.T. ne compte plus que 370 000 adhérents. Elle participe au Conseil national économique créé en 1925, est affiliée à la Fédération syndicale internationale (F.S.I.) et joue un rôle actif au Bureau international du travail. Ses effectifs s'accroissent régulièrement. Elle voit revenir à elle la Fédération des fonctionnaires qui, après la scission, était passée à l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-generale-du-travail/#i_1808

PLANISME

  • Écrit par 
  • Arnaud JACOMET
  •  • 982 mots

Mouvement qui s'inscrit dans un courant de pensée diffus, prenant sa source et étendant ses ramifications dans des partis, syndicats et groupes de pression diversement situés sur l'échiquier politique, le planisme fut un des éléments idéologiques de l'accession au pouvoir des technocrates dans la France des années trente. La Première Guerre mondiale avait accéléré la prise de conscience d'une clas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/planisme/#i_1808

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « BELIN RENÉ - (1898-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-belin/