RÉCITS DE LA KOLYMA, Varlam ChalamovFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'édition nouvelle en français des Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov (trad. du russe par C. Fournier, S. Benech, L. Jurgenson, Verdier, 2003) est un événement dans la mesure où le texte complet de ce chef-d'œuvre de la littérature de l'inhumain est enfin disponible, et présenté avec rigueur. Les deux périodes de camp de ce fils de pope, arrêté en 1929 une première fois pour diffusion du « testament de Lénine », puis, après avoir purgé sa peine au camp de Vichéra dans le nord de l'Oural, de nouveau arrêté en 1937 « pour activité trotskiste » et déporté dans différents camps de la Kolyma jusqu'en 1953, ont permis au futur auteur des Récits de la Kolyma de connaître sinon l'entièreté, au moins les principales variantes de l'univers concentrationnaire soviétique, le Goulag.

Rentré en 1953, Chalamov se croit d'abord poète, avant d'élaborer à l'aveuglette la technique des récits courts, à structure narrative classique, mais concentrés sur des destins vrais, dont chacun représente une chute plus avant dans l'inhumain. La première édition complète en langue russe parut en 1978 à Londres. Au nombre de cent quarante-trois dans la nouvelle édition due à Luba Jurgenson, ces récits sont groupés par thématiques ou par personnages. Leur enchaînement forme à la fois une encyclopédie des camps et une histoire de la fabrique du goulag. Dès son premier camp, Chalamov comprend, après le supplice du gel qui lui a été infligé pour être intervenu en faveur d'un détenu sauvagement rossé, que la compassion est abolie. Ce rêveur, indomptable et à moitié dompté, apprendra dans le second camp la loi d'airain d'un goulag entré dans son « âge d'adulte ».

On rencontre dans Goulag, le livre-album de Tomasz Kizny (Balland, 2003), les visages des deux médecins qui ont aidé le « crevard » Chalamov à survivre en l'accueillant dans l'hôpital au moment où sa vie allait finir. Sans eux, nous aurions perdu ce témoignage de l'art sur l'indicible que sont les Récits de la Koly [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Genève, recteur de l'université internationale Lomonosov à Genève, président des Rencontres internationales de Genève

Classification


Autres références

«  RÉCITS DE LA KOLYMA, Varlam Chalamov  » est également traité dans :

CHALAMOV VARLAM (1907-1982)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 1 631 mots

Mort le 17 janvier 1982 dans un hospice pour vieillards, Varlam Chalamov (Šalamov) restera un des témoins essentiels de l'enfer concentrationnaire au xx e  siècle. Pour témoigner d'une expérience indicible par définition, la destruction de l'humain, Chalamov a su trouver la forme littéraire adéquate. Sans elle, l'indicible serait resté non-dit. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/varlam-chalamov/#i_24739

QUI SI JE CRIAIS...? OEUVRES-TÉMOIGNAGES DANS LES TOURMENTES DU XXe SIÈCLE (C. Mouchard) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annette WIEVIORKA
  •  • 1 129 mots

Claude Mouchard est essayiste, poète et traducteur de poésie. Après avoir consacré de très nombreuses années à l'étude de Flaubert, dont il est l'un des meilleurs spécialistes, il s'est immergé dans ce qu'il appelle les « œuvres-témoignages dans les tourmentes du xx e  siècle » auxquelles est consacré son ouvrage Qui si je criais… […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qui-si-je-criais-oeuvres-temoignages-dans-les-tourmentes-du-xxe-siecle/#i_24739

Pour citer l’article

Georges NIVAT, « RÉCITS DE LA KOLYMA, Varlam Chalamov - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/recits-de-la-kolyma/