DUCHAMP-VILLON RAYMOND (1876-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Frère de Jacques Villon et de Marcel Duchamp, Raymond Duchamp-Villon suit des études de médecine pendant trois ans avant de décider, en 1898, de se consacrer uniquement à la sculpture. Ses premières réalisations dénotent une influence de l'Art nouveau (Yvette Guilbert) et la série d'œuvres qu'il exécute entre 1904 et 1907 est tout à fait dans le style de Rodin (Torse de femme, 1907, musée national d'Art moderne, Paris). Il s'intéresse au cubisme dès ses débuts et tente d'en appliquer les principes en adoptant très vite une simplification des formes. Première œuvre vraiment moderne, le Torse de jeune homme (1910, ibid.) présente une schématisation extrême des lignes de force et des masses dont l'agencement évoque un mouvement assez vif. Avec le Portrait de Baudelaire (1911, ibid.), la construction continue à s'affermir et la structure, de plus en plus géométrique, est particulièrement visible dans le dessin préparatoire où dominent les plans triangulaires. Mais la déformation du visage n'apparaît que dans le Portrait de Maggy (1912, ibid.), qui présente un certain nombre d'analogies avec les têtes sculptées de Matisse et de Picasso.

Avec ses frères et ses amis qui se réunissent à Puteaux (La Fresnaye, Léger, Gleizes, Metzinger), tous les problèmes de l'art contemporain sont abordés et en particulier les rapports des différents arts avec l'architecture. Sous la direction d'André Mare, l'équipe va réaliser la Maison cubiste pour le Salon d'automne de 1912. Raymond Duchamp-Villon est chargé de la façade ; cette réalisation, cubiste par les éléments géométriques qui interviennent, n'en reste pas moins un décor plaqué sur une maison bourgeoise qui évoque un style Louis XVI modernisé. Mais le but que s'est fixé le groupe, à savoir une intégration de l'art contemporain à l'architecture, est pleinement réalisé. Duchamp-Villon fera une autre tentative de cet ordre avec une série de bas-reliefs en taille de réserve représentant des animaux stylisés, et il est possible que Les Amants (1913, ibid.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DUCHAMP-VILLON RAYMOND (1876-1918)  » est également traité dans :

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Brancusi, Archipenko, Duchamp-Villon »  : […] La présence de Constantin Brancusi (1876-1957) dans cette liste nous étonne aujourd'hui, car il existe une réelle différence entre la simplification des volumes caractéristique de son art et la déconstruction analytique de l'espace cubiste. Si Le Baiser (pierre, 1907-1908, Muzeul de Arta, Craiova) est une sculpture massive et cubique, si le buste de Mademoiselle Pogany III (marbre, 1931, Philad […] Lire la suite

VILLON JACQUES (1875-1963)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 1 260 mots

L'importance de l'œuvre de Villon n'a guère été reconnue que depuis 1950, alors que l'artiste avait déjà, au cours d'une carrière de plus de cinquante ans, exécuté sept à huit cents toiles et près de cinq cents gravures, dans différentes manières qui toutes, dès 1910, furent riches de nouveautés. La raison de cette reconnaissance tardive réside en partie dans la discrétion de l'artiste qui poursui […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole BARBIER, « DUCHAMP-VILLON RAYMOND - (1876-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-duchamp-villon/