KARTINI RADÉN ADJENG (1879-1904)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Héroïne nationale javanaise, Radén Adjeng Katini naît le 21 avril 1879 à Majong (Java, auj. Indonésie) et meurt le 17 septembre 1904 à Rembang (Java). Fille d'un aristocrate javanais, gouverneur du district de Japara pour l'administration coloniale néerlandaise, Radén Adjeng Kartini a la rare opportunité de fréquenter une école néerlandaise. Elle y fait connaissance avec les idées occidentales tout en perfectionnant son néerlandais. Contrainte de se retirer dans l'existence cloîtrée qu'impose la tradition aux jeunes javanaises de noble extraction pendant leur adolescence, elle commence à correspondre avec plusieurs anciennes camarades néerlandaises. La jeune Kartini est également influencée par Mevrouw Ovink-Soer, épouse d'un fonctionnaire néerlandais, socialiste et féministe convaincue. Dans ses lettres, Kartini se montre soucieuse du sort des Javanais, oppressés par l'administration coloniale, et du rôle limité que jouent les femmes dans son pays. Elle décide alors de faire de sa vie un modèle d'émancipation. Après avoir épousé en 1903 un fonctionnaire javanais progressiste, le régent de Rembang, elle projette ainsi de mettre sur pied une école de jeunes filles destinées aux Javanaises.

Radén Adjeng Kartini meurt cependant l'année suivante, à l'âge de 25 ans, après avoir donné naissance à son premier enfant. Ses lettres sont publiées dès 1911 sous le titre Door duisternis tot licht (« De l'obscurité vers la lumière », traduit en français sous le titre Lettres de Radén Adjeng Kartini : Java en 1900). L'ouvrage a un grand succès et permet de lever aux Pays-Bas les fonds nécessaires pour créer la fondation Kartini. Celle-ci ouvre alors des écoles de jeunes filles à Java dès 1916, accomplissant ainsi le vœu de Kartini. Les idées de cette jeune aristocrate sont également relayées par les étudiants indonésiens qui fréquentent les universités néerlandaises. En 1922, les lettres de Kartini sont traduites dans sa langue maternelle. Les nationalistes indonésiens vont bien au-delà de ses idées, mais elle n'en devient pas moins un symbole populaire. Sa date d'anniversaire sera ainsi choisie comme fête nationale après l'indépendance de l'Indonésie.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  KARTINI RADÉN ADJENG (1879-1904)  » est également traité dans :

ANANTA TOER PRAMOEDYA (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Etienne NAVEAU
  •  • 850 mots

Romancier, essayiste et biographe, auteur d'une œuvre largement diffusée et traduite, Pramoedya Ananta Toer (dit Pram) est sans conteste la figure la plus marquante de la littérature indonésienne du xx e  siècle. Né en 1925 à Blora, ville située sur la côte nord de Java, Pram prit part à la lutte pour l'indépendance de son pays et fut incarcéré pendant près de trois années par les autorités colon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pramoedya-ananta-toer/#i_11582

MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 10 370 mots

Dans le chapitre « La littérature indonésienne »  : […] S'il n'y a aucune solution de continuité entre le malais et l'indonésien, il y a rupture – et rupture consciente de la part des auteurs – entre l'ancienne « littérature malaise » et la nouvelle « littérature indonésienne ». La société indo-néerlandaise des années 1920 était évidemment très différente de celle des sultanats du xvii e  siècle, et les fougueux étudiants de Batavia – bientôt « indonés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malaisie-et-indonesie-langues-et-litteratures/#i_11582

Pour citer l’article

« KARTINI RADÉN ADJENG - (1879-1904) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raden-adjeng-kartini/