KARAMÉ RACHID (1921-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rachid Karamé est né en 1921, quelques mois après que le général Gouraud eut décidé de rattacher sa ville de Tripoli au Liban. Son père, mufti de la ville, était partisan du maintien de Tripoli dans le cadre syrien. La famille Karamé reste hostile au Grand Liban jusqu'à ce que l'ensemble du sunnisme libanais s'y rattache. Le père de Rachid accepte alors de diriger le deuxième gouvernement du Liban indépendant, une profession de foi dans le Liban souverain, dont le jeune Rachid héritera en même temps que du statut de dirigeant. Karamé va s'imposer comme le représentant de cette nouvelle génération de notables musulmans engagés dans la construction d'un Liban moderne et indépendant. « Libaniste », Karamé ne remet plus en cause l'indépendance du Liban par rapport à la Syrie. Moderniste, il rompt avec une tradition familiale en préférant des études de droit au titre de mufti et ajoute à la notabilité héritée de son père la création d'un parti. Il est, en 1951, le plus jeune ministre nommé au Liban, député de sa ville sans interruption, dix fois Premier ministre. Discret de nature, s'il parle beaucoup, rarement il se confie, menant une vie relativement austère, préférant toujours le cadre provincial de Tripoli aux turpitudes de la capitale.

Ses choix politiques sont marqués par la volonté de concilier sa loyauté au Liban avec la foi dans les idéaux du nationalisme arabe. S'il se rallie au Liban, il est, en 1950, à la tête de ceux qui s'opposent à la rupture de l'unité douanière avec la Syrie. S'il accepte en 1955 de diriger le gouvernement, il rejoint l'insurrection quand le président de l'époque prend une attitude que Karamé juge hostile à Nasser. En Karamé, l'homme d'État ne se révèle qu'après 1958. Il se rallie au nouveau président, le général Fouad Chéhab, pour réformer l'État tout en poursuivant une politique régionale favorable à l'Égypte nassérienne.

Karamé est l'artisan principal de cette équation « chéhabiste » qui explique une décennie de paix civile et de modernisation « douce » (1958- [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., professeur à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Les derniers événements

Liban. Changement de Premier ministre. 6-29 mai 1992

Le 6, à l'issue d'une journée de grève et de manifestations violentes à Beyrouth contre la vie chère, Omar Karamé, Premier ministre depuis le 24 décembre 1990, présente la démission de son gouvernement. Le pays traverse une grave crise économique. Le 16, Rachid Solh met en place […] Lire la suite

Liban. Nouveau gouvernement d'Omar Karamé. 3-24 décembre 1990

charge Omar Karamé, frère du Premier ministre Rachid Karamé assassiné en 1987, de constituer un gouvernement d'unité nationale. Le 24, Omar Karamé annonce la formation d'un gouvernement composé de quinze ministres musulmans et de quinze ministres chrétiens. Les Forces libanaises et le Parti phalangiste refusent d'y participer en raison de la sous-représentation chrétienne par rapport aux formations prosyriennes. […] Lire la suite

Liban. Assassinat du Premier ministre Rachid Karamé. 1er juin 1987

Le 1er, une bombe explose dans l'hélicoptère qui transportait Rachid Karamé. Celui-ci est tué, les autres passagers sont indemnes. Cet assassinat suscite une vive indignation tant dans le camp chrétien que dans le camp musulman et plus de cent mille personnes assistent aux […] Lire la suite

Liban. Aggravation de la « guerre des camps » et retour en force de l'armée syrienne à Beyrouth-Ouest. 6-24 février 1987

des trois quarts de Beyrouth-Ouest. Les combats, considérés comme les plus violents depuis le déclenchement de la guerre civile en 1975, font au moins deux cents morts et des dégâts considérables. Le 20, Rachid Karamé, chef du gouvernement libanais, et Hussein Husseini, président de l'Assemblée, se rendent […] Lire la suite

Liban. Exode des chrétiens du Liban du Sud après le retrait de l'armée israélienne. 2-29 avril 1985

des habitants est sunnite. Damas aurait donné son accord à cette bataille pour tenter d'éliminer des camps palestiniens les combattants favorables à Yasser Arafat. Rachid Karamé, Premier ministre sunnite du gouvernement d'« union nationale », annonce sa démission. Il la retirera cependant à la demande […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ghassan SALAMÉ, « KARAMÉ RACHID - (1921-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rachid-karame/