Quintette à cordes n° 4, en la majeur, MYSLIVEČEK (Josef)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur

Josef Myslivecek naît à Prague ; il publie anonymement en 1760 six symphonies puis étudie (1762-1763) le contrepoint avec Frantisek Habermann et l'orgue avec Josef Seger. En 1763, il se rend à Venise pour parfaire sa formation auprès de Giovanni Pescetti. Il décide alors de s'installer en Italie où, dès 1764, il connaît la gloire grâce à ses opéras, d'où son surnom de «Il divino Boemo». Il compose aussi de nombreuses œuvres instrumentales : sonates, trios, quatuors, quintettes, symphonies... Tracassé par des ennuis financiers, usé par une vie dissolue, Myslivecek meurt à Rome.

Genre - Musique de chambre pour quintette à cordes avec deux altos

Le terme de quintette s'applique à toute formation instrumentale ou vocale comprenant cinq parties réelles. Le genre instrumental appliqué aux cordes seules pose la question du choix de l'instrument à ajouter au quatuor à cordes, constitué de deux violons, d'un alto et d'un violoncelle. Trois formules seront à l'honneur : à deux altos (Boccherini, Beethoven, Bruckner, Brahms), à deux violoncelles (Boccherini, Schubert), plus rarement avec une contrebasse (opus 77 de Dvorák).

Forme

Myslivecek a composé six quintettes à cordes, en trois mouvements, suivant le schéma vif, lent, vif, à l'exception du Quintette no 1, dont le premier mouvement est lent ; cinq de ces quintettes sont donc calqués sur la structure de la sinfonia d'opéra italienne des XVIIe et XVIIIe siècles (sinfonia avanti l'opera, ou ouverture, composée sur cette séquence vif, lent, vif).

Esthétique

Si on ne peut véritablement les rattacher au style galant, les quintettes de Myslivecek n'en sont cependant pas très éloignés par leur séduction mélodique, la formulation claire de leurs idées thématiques et leur raffinement rythmique. Ils font la part belle à la mélodie populaire tchèque tout en laissant place à l'humour et au rythme dans leurs mouvements vifs alors que leurs parties médianes mettent en valeur une remarquable invention mélodique.

Langage

Son langage place Myslivecek parmi les compositeurs les plus importants de la période préclassique. S'il connaît rapidement la gloire grâce à ses opéras - une trentaine, créés à Milan, Parme, Naples, Turin, Venise, Florence, Bologne, Rome -, c'est par ses œuvres symphoniques et sa musique de chambre qu'il exerce l'influence la plus notable. Myslivecek rencontre Mozart deux fois (en juillet 1770, à Bologne, et en 1777, à Munich) et l'on peut avancer que l'inventivité rythmique et mélodique du «divin Bohêmien» dut exercer quelque effet sur le jeune compositeur autrichien.

—  Alain FÉRON

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « Quintette à cordes n° 4, en la majeur, MYSLIVEČEK (Josef) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quintette-a-cordes-n-4-en-la-majeur-mysliveccaronek-josef/