Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÉOCHIMIQUE PROSPECTION

Applications des méthodes

Toutes ces méthodes de la prospection géochimique sont employées soit pour obtenir des informations générales, soit pour résoudre certains problèmes bien précis.

Prospection générale ou « stratégique »

En prospection générale, la géochimie s'applique à la recherche de métaux dont les minéraux sont facilement altérables (Pb, Zn, Cu, Mo, Sb, Hg, V, U...), donc difficilement décelables en prospection alluvionnaire ; ou à la recherche de tous les métaux, lorsque les conditions géomorphologiques sont telles qu'elles font craindre de passer à côté des gisements sans les voir, ni même les soupçonner.

Ce pourrait être le cas, par exemple, de gisements appartenant à différents types génétiques se trouvant dans des zones forestières ou d'accès difficile, ou bien recouverts par des couches de sédiments alluviaux, éluviaux, latéritiques, éoliens, glaciaires, ou de formations géologiques plus ou moins épaisses ; ou celui de gisements ayant pu donner, dans des régions à relief jeune ou rajeuni, des affleurements visibles, mais dont les minéraux primaires ou secondaires ont été lessivés (Mo, U, V...) ; ou bien il s'agit de gisements n'affleurant pas actuellement, mais ayant pu affleurer à d'autres époques ; ou, encore, de gisements subaffleurants, c'est-à-dire à peine touchés par l'érosion ou seulement sur le point de l'être ; enfin, ce pourrait être le cas de gisements cachés proprement dits, qui n'ont pas subi l'influence de l'érosion et qui peuvent être décelés par ces méthodes dans des régions où les conditions géologiques structurales et métallogéniques sont favorables.

Prospection détaillée ou « tactique »

La prospection détaillée concerne les problèmes les plus particuliers : extension de gisements ou de structures minéralisées en surface et en profondeur ; dispersions primaires ou secondaires dans les travaux miniers, permettant de détecter des corps minéralisés au voisinage ; recherches de structures particulières par application de méthodes indirectes (étude des éléments mineurs de minéralisations principales : As pour les minéraux arseniés et dans la pyrite située au toit de gisements de stibine ; Se et Te dans les « chapeaux de fer » des gîtes sulfurés ; Cd dans les roches encaissant les filons de blende ; Hg dans les gîtes polymétalliques ; Ta, As, Hg, Sb, F, Br, I dans les roches, pour localiser les gîtes par rapport à leur niveau actuel d'érosion).

Les informations apportées par la prospection géochimique pour les problèmes plus particuliers sont beaucoup plus directes et immédiatement utilisables pour les mineurs (extension ou non du gisement, failles minéralisées ou non, sondages minéralisés proches d'un gisement), pour les métallogénistes (présence de tel ou tel élément, précisions sur la paragenèse), pour les géologues, les pétrographes (distinction de faciès, levés géologiques, composition des roches), pour les géophysiciens (contrôle des anomalies géophysiques).

Avant l'exécution d'une prospection géochimique, générale ou particulière, il est indispensable de procéder à une enquête devant fournir, entre autres, les renseignements d'ordre géologique, métallogénique, climatique, morphologique sur la zone à prospecter, ainsi que les renseignements sur la distribution des éléments à rechercher dans les différentes formations susceptibles d'être rencontrées. Si ces derniers renseignements manquent ou sont inexploitables, du fait de leur rareté, il est alors nécessaire d'effectuer des études géochimiques méthodologiques aux abords immédiats de gîtes ou d'indices minéralisés existant dans la région ou dans leur environnement. Ces études particulières sont destinées à préciser la distribution et le comportement des éléments principaux et, éventuellement, de leurs accompagnateurs dans les sols, les roches,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Ingénieur géologue, conseiller scientifique à la division géochimie appliquée du département gîtes minéraux du Bureau de recherches géologiqueset minières (B.R.G.M.).

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • MÉTAUX - Gisements métallifères

    • Écrit par Marie-José PAVILLON
    • 7 840 mots
    • 5 médias
    La géochimie, qui complète l'étude des roches, est en plein développement. En géologie minière, les études concernant les teneurs en métaux (faible teneur et traces), ainsi que les positions de ces traces (camouflées dans les silicates, entre les cristaux, etc.) et les formes minéralogiques de ces traces...
  • PÉTROLE - L'exploration pétrolière

    • Écrit par Alain PERRODON
    • 6 946 mots
    • 3 médias
    ...particulière aux indices de pétrole et de bitume qui peuvent apporter d'utiles informations sur la probabilité d'accumulation en profondeur. Ces observations s'accompagnent d'analyses géochimiques organiques des couches ayant pu jouer le rôle de roche mère. Si la zone étudiée est...

Voir aussi