PORTE ou SUBLIME PORTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot turc kapi désigne une porte, mais aussi le palais du sultan (d'où parfois l'expression « porte ottomane »), puis le palais du grand vizir et enfin le siège du gouvernement. Les troupes du sultan étaient désignées par l'expression kapi kullari, c'est-à-dire « les esclaves de la Porte ». À partir de 1654, le grand vizir fut doté d'un palais particulier où se tinrent les séances du divan ou Conseil du gouvernement ; ce palais fut d'abord appelé Pasa kapisi (palais du Pacha), puis Bab-i Âli, la « Sublime Porte », nom sous lequel les Occidentaux ont englobé à la fois le palais du sultan, la cour ottomane, le gouvernement et finalement l'État ottoman lui-même.

—  Robert MANTRAN

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Autres références

«  PORTE ou SUBLIME PORTE  » est également traité dans :

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Georges DUBY, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 18 417 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Soliman le Magnifique »  : […] Après la prise de Constantinople, la conquête ottomane s'étendit rapidement aux pays de la Méditerranée orientale. Maîtres des détroits, les Turcs chassent les Génois de la mer Noire et de la mer Égée. Venise perd ses positions en Grèce et dans l'Archipel, se replie sur Chypre qu'elle enlève aux Lusignan. Elle conclut avec le sultan une alliance qui lui permet, malgré tout, de continuer son comme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « PORTE ou SUBLIME PORTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/porte-sublime-porte/