YOUNG PLAN (1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Préparé par une commission d'experts et destiné à remplacer le plan Dawes, l'élaboration du plan Young a commencé en février 1929. Dans l'esprit de beaucoup, il s'agissait de mettre fin à l'incertitude résultant de l'article 234 du traité de Versailles, qui permettait à l'Allemagne de demander à la commission des Réparations de réviser un état de paiement. Le président de ce comité d'experts est un Américain, Owen D. Young, juriste et homme d'affaires. La France a formulé le désir de recevoir les sommes nécessaires au montant des dettes interalliées et une indemnité pour ses dommages de guerre. Le plan prévoit deux séries d'annuités commençant le 1er août 1930, après une période transitoire de sept mois : la première série est formée de trente-six annuités qui doivent croître de 1 685 millions à 2 425 millions de marks (réparations et dettes) ; la deuxième série est de vingt-deux annuités d'environ 1 650 millions (pour les dettes de guerre). La valeur des annuités Young, au 1er septembre 1929, était estimée inférieure de 17 p. 100 à l'annuité équivalente du plan Dawes. Le pouvoir et l'autonomie de l'Allemagne se trouvent accentués, la clause de sauvegarde l'est moins. Il est prévu qu'au cours de la première série l'annuité soit divisée en fractions invariables (600 millions de marks par an) et en fractions « conditionnelles » dont le paiement pourra être différé. Quant à la commission des Réparations, elle doit être supprimée et remplacée par une Banque des règlements internationaux. L'Allemagne et l'Angleterre, qui n'aimaient pas le principe de la révision du plan Dawes, demandèrent l'évacuation de la Rhénanie, les contrôles interalliés furent supprimés au profit de pouvoirs éventuels devant la Cour permanente de justice internationale. Si l'application du plan Young est tout d'abord rigoureuse, il n'en est plus ainsi lorsque se font ressentir les effets de la crise de 1929. Le 20 juin 1931, le président des États-Unis, Herbert Hoover, propose solennellement la suspension de « t [...]

Départ des troupes d'occupation françaises en Allemagne

Départ des troupes d'occupation françaises en Allemagne

Photographie

Les troupes d'occupation françaises en Allemagne évacuent Coblence en 1929, alors que se met en place le plan Young pour régler les questions des réparations allemandes et du paiement des dettes de guerre entre les Alliés. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  YOUNG PLAN (1929)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les oppositions »  : […] La « révolution » de 1918 n'a pas bouleversé les structures sociales de l'Allemagne wilhelminienne : la tentative des spartakistes a échoué, et la République de Weimar est demeurée un État capitaliste. Pourtant, deux mouvements politiques se proclament anticapitalistes. La Sozial-Demokratie a repris en 1925, au congrès de Heidelberg, le programme d'Erfurt de 1891 ; mais ce qui était inspiration ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_11025

Pour citer l’article

Armel MARIN, « YOUNG PLAN (1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-young/