PHARMACOPHORE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de pharmocophore correspond à un concept théorique selon lequel un fragment moléculaire, plus ou moins important, serait déterminant pour l'activité biologique de la molécule à laquelle il appartient, de la même façon qu'un seul groupement chimique (chromophore) est, par exemple, porteur de la propriété colorante d'une molécule. Dans l'image classique où l'on compare la molécule à une clef, dont le récepteur biologique serait la serrure, le pharmacophore correspondrait au panneton de la clef. Il est constitué par une simple fonction chimique ou, le plus souvent, par un ensemble structural comportant des fonctions, des chaînes et/ou des cycles. La position relative de ces éléments et, le cas échéant, les dimensions et la géométrie de l'ensemble qu'ils forment, ainsi que la répartition électronique peuvent être capitales pour l'activité. Effectivement, l'agencement spatial et les polarités des atomes constituant ce fragment actif confèrent à ce dernier une structure particulière qui doit pouvoir établir des liaisons, en général non covalentes, avec les sites récepteurs de l'organisme.

L'activité apportée par un pharmacophore est susceptible d'être modifiée ou même supprimée par l'introduction d'autres substituants sur la molécule. En effet, en changeant la géométrie et/ou la répartition électronique de la molécule initiale, ces nouveaux éléments pourront gêner ou empêcher son accès au site d'action ou induire de nouvelles activités.

La notion de pharmacophore est issue d'observations faites au cours des études de relations structure-activité pratiquées en pharmacochimie. Elle doit être interprétée avec une grande prudence, car les propriétés biologiques qu'un pharmacophore est susceptible d'induire intrinsèquement peuvent être modifiées non seulement par son environnement sur la molécule et par des facteurs métaboliques et physico-chimiques conditionnant son accès au récepteur, mais aussi parce que le même type de récepteur peut commander des systèmes physiologiques fonctionnellement différents ; en exemple, les récepteurs β de l'adrénaline se retrouvent dans le cœur, les vaisseaux, le cerveau, les bronches, etc.

—  Jean-Cyr GAIGNAULT

Écrit par :

  • : docteur en pharmacie à l'université de Paris, docteur ès sciences physiques, membre de l'Académie nationale de pharmacie

Classification

Autres références

«  PHARMACOPHORE  » est également traité dans :

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 274 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les pharmacophores, fragments moléculaires actifs »  : […] L'activité biologique d'une molécule procède de son interaction ou plus précisément de celle de certains de ses fragments avec un récepteur, en général selon un mode non covalent. Parmi ces fragments, les fonctions chimiques sont les plus simples à identifier ; cependant, elles ne suffisent pas toujours à provoquer cette interaction. Il faut souvent un fragment moléculaire plus important pour la r […] Lire la suite

PHARMACORÉCEPTEURS, biochimie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 595 mots
  •  • 1 média

Notion introduite pour la première fois par J. N. Langley et P. Ehrlich à propos de l'action d'une drogue. Langley observa, en effet, en 1909, que la nicotine, qui est un excitant ganglionnaire, provoquait une réponse quand on l'appliquait localement sur certaines parties du tissu musculaire et que son effet persistait même après dénervation du muscle. Il en conclut qu'il existait, en des points […] Lire la suite

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Pharmacochimie prédictive »  : […] L'activité biologique d'une molécule est liée finalement à un nombre très limité d'atomes, dans une disposition bien déterminée, spécifique de l'effet correspondant : le pharmacophore. Pour la synthèse de nouvelles molécules, ce pharmacophore pourrait être un guide très précieux évitant la complexité d'un screening pharmacodynamique. Cependant, une importante restriction reste à faire. Ce modèle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Cyr GAIGNAULT, « PHARMACOPHORE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacophore/