TCHAADAÏEV PETR IAKOVLEVITCH (1794-1856)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine aristocratique, Tchaadaïev, étudiant à Moscou et officier dès 1812, quitte avec éclat une carrière qui s'annonce brillante (1821). Ami de Pouchkine, proche des décembristes, il part pour l'Occident et reste à l'écart des événements de 1825. De retour à Moscou, il s'enferme et rédige ses fameuses Lettres philosophiques (publiées en français) qui circulent bientôt en manuscrit. En 1836, la publication de l'une d'elles dans le Teleskop provoque une émotion considérable. La revue est fermée, le rédacteur Nadejdine exilé et Tchaadaïev, déclaré fou, est assigné à son domicile, avec visites de médecin et interdiction d'écrire pendant plus d'un an. Il hantera jusqu'à sa mort les salons moscovites.

Influencé par les théoriciens (J. de Maistre, Bonald, Chateaubriand) et par les idéalistes allemands (J. Stilling, Schelling), Tchaadaïev médite sur la Russie et élabore une philosophie de l'histoire. Il condamne l'Antiquité, la culture grecque « apothéose de la matière » ; exalte le Moyen Âge, l'unité de l'Europe chrétienne sous la direction de Rome. La grandeur de l'Occident est née du conflit entre la barbarie nordique et la spiritualité chrétienne. Rien de tel en Russie : ni traditions, ni souvenirs, mais le joug tartare, un pouvoir brutal, la superstition et l'ignorance. La Russie ne figure-t-elle donc pas parmi les peuples historiques ? Conception sacrilège pour l'orgueil national, cette négation passionnée d'un peuple et de son image coalise contre elle des opinions par ailleurs opposées. Tchaadaïev ne renonce pourtant pas à l'avenir. Masse primitive, chaotique, la Russie a besoin d'un principe directeur ; il lui propose le modèle de l'Occident catholique. Sans accepter ses conclusions, des penseurs comme l'occidentaliste Herzen ou le slavophile Kireevski ont été ébranlés par son réquisitoire.

—  Alexandre BOURMEYSTER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Grenoble-III

Classification


Autres références

«  TCHAADAÏEV PETR IAKOVLEVITCH (1794-1856)  » est également traité dans :

SLAVOPHILES

  • Écrit par 
  • Daria OLIVIER
  •  • 1 217 mots

Important courant de pensée sociale et politique russe, entre les années 1840 et 1860, le mouvement des slavophiles naît d'une querelle historique avec les occidentalistes. Ce terme d'occidentalistes (à l'origine un sobriquet) est toujours couplé avec celui de slavophiles, mais tous deux sont arbitraires et déroutants. Car pas plus que les slavophi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/slavophiles/#i_1012

Pour citer l’article

Alexandre BOURMEYSTER, « TCHAADAÏEV PETR IAKOVLEVITCH - (1794-1856) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/petr-iakovlevitch-tchaadaiev/