ESTERHÁZY PÉTER (1950-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un père superlatif

Avec son roman Une femme (1993, trad. franç. 1998), Péter Esterházy explore la relation à l'Autre à travers un savant jeu de construction par fragments. En apparence, il s'agit de variations sur le même thème – celui de la femme aimée ou détestée, de son corps désirable et répugnant à la fois. Mais derrière cette femme, dont le portrait se précise et se déforme au fur et à mesure des quatre-vingt-dix-sept courts textes qui constituent le roman, on devine d'autres femmes, toutes les femmes, une mère, une amante, un homme qui aime comme une femme, une « Autre » dont les traits restent incertains... L'amour – ou le récit de l'amour – devient alors une partie d'échecs, un système d'équations à inconnues variables. Grand admirateur de Bohumil Hrabal, de Wittgenstein et de Camus, Esterházy souligne, à travers ce récit crypté, combien sa vie s'est toujours passée dans des espaces clos, régis par des lois qu'on définit et qu'on modifie pour en faire jouer le sens. Ce livre, qui peut sembler formaliste, n'en orchestre pas moins les modulations de l'amour et du désir.

Harmonia Caelestis (2000, trad. franç. 2001) trace deux voies superposées qui serpentent à travers trois siècles d'histoire. Dans la première partie, et sur plus de trois cent cinquante courts chapitres, « Phrases numérotées de la vie de la famille Esterházy », l'auteur pastiche avec humour les genres, les tons et les styles qui, à différentes époques, ont pu accompagner la chronique de sa famille, fameuse entre toutes. Le second volet du livre, plus court (201 mini-chapitres), s'intitule « Les Confessions d'une famille Esterházy ». Il se caractérise par un parti plus linéaire et, sur un mode nettement plus grave, relate l'histoire de sa famille depuis la prise de pouvoir par les communistes. Il s'agit là d'un livre qu'un fils adresse à son père, et, à travers lui, aux pères de son père – une œuvre à la fois limpide et mystérieuse.

Le livre qui suit va faire l'effet d'une bombe : en effet, la déclassification des archives du régime communiste amène l'écrivain à découvrir que le père adulé avait [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESTERHÁZY PÉTER (1950-2016)  » est également traité dans :

HARMONIA CÆLESTIS (P. Esterházy)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Dans la magnifique floraison de la littérature hongroise d'aujourd'hui, se détache l'œuvre puissante et originale de Péter Esterházy. Depuis Trois anges me surveillent (1989), Le Livre de Hrabal (1990), Une femme (1998) et L'Œillade de la comtesse Hahn-Hahn - en descendant le Danube (1999), on connaît le ton ludique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harmonia-caelestis/#i_37432

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Une langue nouvelle »  : […] À partir des années 1980 beaucoup d'écrivains hongrois – inspirés par l'écriture incisive et résolument moderne de Petér Hajnóczy (1942-1981) et de Miklos Mészöly – se distinguent par une utilisation particulière de la langue pour exprimer le temps présent et occupent de la sorte une place primordiale dans la littérature postmoderne. László Krasnahorkaj (né en 1954) évoque dans son roman Tango de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_37432

Pour citer l’article

Fridrun RINNER, « ESTERHÁZY PÉTER - (1950-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-esterhazy/