CHEYNEY PETER (1896-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur prolifique d'une soixantaine de romans policiers et d'espionnage, Cheyney, romancier populaire anglais, a été, peu avant James Hadley Chase, le premier romancier publié, en 1945, par la Série noire. De là est né un malentendu dont il a longtemps bénéficié et qui faisait de lui un des créateurs du roman noir. Cheyney n'est en réalité qu'un tâcheron habile qui s'est borné à reprendre quelques recettes éprouvées. Ses intrigues sont conventionnelles, ses héros (Lemmy Caution, Slim Callaghan, Michael Kells ; il y en a bien d'autres) tous taillés sur le même modèle.

La raison de son succès est ailleurs : elle tient à l'emploi systématique d'un certain ton « affranchi », dont la lecture des premières pages de Cet homme est dangereux (This Man is Dangerous, 1936) permet de se faire une idée. Un tel ton paraît aujourd'hui insupportablement artificiel, et Lemmy Caution écœurant de fatuité. Mais il n'en allait pas ainsi pour le lecteur d'après-guerre : il ne faisait que découvrir le thriller ; Cheyney, qui est le recueil de tous les clichés du genre, avait tout pour le séduire, et son incroyable bagou, proche du langage parlé (Cheyney dictait ses romans), émaillé de bons mots, se parait des prestiges de la nouveauté, en opposition au ton compassé du roman de détection traditionnel de type Agatha Christie.

Ce qui alors faisait sa force fait aujourd'hui sa faiblesse ; Cheyney n'a ni la virulence d'un Hammett ou d'un Chandler, ni la rigueur d'un Chase et, s'il est effectivement un précurseur, ce sont ceux à qui il a ouvert la voie qui ont le plus contribué à le rendre périmé. Ce n'est pas un hasard s'ils se répartissent en deux grands courants : l'humour parodique (Carter Brown et surtout San Antonio), et la violence pure (Mickey Spillane). La fusion des deux tendances est une tâche difficile, peut-être vaine (Raymond Chandler est sans doute le seul à y être parvenu). Cheyney n'a eu qu'un successeur véritable : Ian Fleming.

—  Jean-Paul MOURLON

Écrit par :

  • : maître ès lettres modernes, professeur au lycée de Tiaret, Algérie

Classification


Autres références

«  CHEYNEY PETER (1896-1951)  » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 616 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Ni bons ni méchants »  : […] Le roman policier semblait figé dans un manichéisme fort simple entre bons policiers et méchants bandits lorsque Dashiell Hammett (1894-1961) puis, quelques années, plus tard Raymond Chandler (1894-1960) font éclater le genre en créant ce qu'on baptisera plus tard le roman noir ou encore hard- boiled . Après La Moisson rouge (1929) et Sang maudit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_30523

Pour citer l’article

Jean-Paul MOURLON, « CHEYNEY PETER - (1896-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-cheyney/