PEONY PAVILION (mise en scène P. Sellars)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux versions de l'un des plus célèbres opéras chinois, Le Pavillon aux pivoines (1598) de Tang Xianzu, devaient être présentées en France à l'occasion du festival d'Automne 1998. Le gouvernement chinois a finalement interdit que la mise en scène de l'œuvre dans sa version intégrale, par Chen Shi-Zheng, soit montrée. Restait Peony Pavilion (MC93 Bobigny), le spectacle de Peter Sellars créé à Vienne, puis repris en tournée à Londres et à Rome, avant d'être joué à Berkeley en mars 1999.

Loin de n'être qu'un succédané de l'œuvre intégrale, qui totalise quelque cinquante-cinq scènes pour une vingtaine d'heures de spectacle, Peony Pavilion repose sur un jeu complexe entre la tradition et l'innovation. Fruit d'une collaboration avec le compositeur Tan Dun (auquel on doit notamment Marco Polo), cette version écarte les épisodes burlesques ou politiques pour se construire tout entière autour de la passion qui lie la fille d'un dignitaire, Du Liniang, et un pauvre étudiant, Liu Mengmei. Dans la première partie, au son d'une musique recréée d'après la notation traditionnelle, Du Liniang voit Liu Mengmei dans un rêve érotique, s'éprend de lui et meurt d'amour ; dans la seconde, au rythme percussif d'un orchestre mêlant des accents électroniques et des incantations rituelles, c'est Liu Mengmei qui voit Du Liniang en songe, puis retrouve son autoportrait, l'étreint sous sa forme de fantôme, exhume son corps et finit par l'épouser. Puissance d'un sentiment qui a le pouvoir de tuer et de ressusciter ; vision onirique, apparition spectrale et retour d'une femme d'entre les morts : comment mieux dire que cette « histoire d'amour qui dure le temps de trois incarnations », contemporaine de Roméo et Juliette et d'Orfeo de Monteverdi, est de tous les lieux, donc de tous les temps ?

Peony Pavilion marque l'aboutissement d'une longue maturation. En 1990, au festival de Los Angeles, Peter Sellars avait invité l'artiste chinoise Hua Wenyi, héritière d'une tradition séculaire, à présenter quelques scènes du Pavillon aux pivoines dans le style cla [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître de conférences à l'université de Caen

Classification

Pour citer l’article

Frédéric MAURIN, « PEONY PAVILION (mise en scène P. Sellars) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peony-pavilion/