MODERSOHN-BECKER PAULA (1876-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre allemande, Paula Becker naît le 8 février 1876 à Dresde. Passionnée par l’art dès son plus jeune âge, elle commence à suivre des cours de dessin en 1888, lorsque sa famille s’installe à Brême. Envoyée en Angleterre pour parfaire son éducation, elle étudie à la Saint John’s Wood School of Art. De retour en Allemagne, elle se destine tout d’abord à l’enseignement (1896-1898), puis fréquente l’école pour femmes artistes de Berlin.

En 1898, en tant qu’élève de Fritz Mackensen, Paula Becker se joint à l’école de Worpswede, un groupe d’artistes qui a fondé une communauté dans le village homonyme, au nord de Brême. À l’instar de celles d’un grand nombre de ces peintres qui, comme l’école de Barbizon, cherchent à donner une nouvelle place à la nature, ses œuvres représentent des paysages et des scènes de la vie paysanne. Paula Becker se lie d’amitié avec le sculpteur Clara Westhoff, future épouse du poète Rainer Maria Rilke. En 1900, les deux femmes font un voyage à Paris, où Becker découvre l’œuvre postimpressionniste de Paul Cézanne, qui influencera fortement sa peinture.

En 1901, elle se marie avec Otto Modersohn, un peintre de la communauté de Worpswede. Elle retourne par deux fois à Paris, en 1903 et en 1905, pour y étudier. Au contact de l’art d’avant-garde, elle se détourne de plus en plus de l’école de Worpswede. Les œuvres de Cézanne, Rodin, Gauguin et d’autres artistes français – tels que les nabis – la poussent à privilégier des formes simplifiées et des couleurs relevant du symbolisme et non plus de la nature. En 1906, quittant son époux, elle part s’installer à Paris où elle peint des autoportraits, souvent des nus d’une grande expressivité, qui restent ses œuvres les plus célèbres (Autoportrait au sixième anniversaire de mariage, 1906). Son mari la rejoint au cours de l’année et ils rentrent ensemble à Worpswede en 1907.

Le style de Paula Modersohn-Becker continue à évoluer. Dans ses toiles de maturité (Jeune fille nue assise, avec des vases de fleurs, 1906-1907 ; Autoportait aux camélias, 1907), elle unit un naturalisme lyrique et de larges aplats de couleur utilisant une palette restreinte. Son œuvre est fortement influencée par Gauguin et Cézanne, dont elle contribue à introduire les styles dans l’art allemand, tout comme ceux de Vincent Van Gogh et des autres peintres postimpressionnistes de la fin du xixe siècle. L’expression des sentiments étant plus importante pour elle que la représentation minutieuse de la réalité, elle est fréquemment associée à l’expressionnisme.

Paula Modersohn-Becker meurt à Worpswede le 21 novembre 1907, peu après avoir mis au monde son unique enfant. Rilke lui consacrera un des deux poèmes qui composent son recueil Requiem. Une partie de son œuvre est rassemblée au Paula Modersohn-Becker Museum de Brême. En 2016, une exposition monographique – la première en France – lui est consacrée au Musée d’art moderne de la Ville de Paris.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Pour citer l’article

« MODERSOHN-BECKER PAULA - (1876-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paula-becker-modersohn/