BOWLES PAUL (1910-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans les dernières pages de son autobiographie, Without Stopping, parue en 1972 (Mémoires d'un nomade, 1994), Paul Bowles livrait sa philosophie de la vie : « Dans mon histoire, il n'y a pas de victoires spectaculaires, tout simplement parce que je n'ai pas eu à lutter. Je me suis accroché et j'ai attendu. » Longtemps attendue, la mort l'aura trouvé à Tanger, la « ville magique » découverte dès 1931. Loin d'y être en marge, comme le crurent les pèlerins de la beat generation venus lui rendre hommage, il y vivait détaché, entre Orient et Occident.

Originaire de la Nouvelle-Angleterre, sa famille avait érigé l'interdit et la sublimation des désirs en valeurs suprêmes. Très tôt, donc, le jeune Bowles apprit la duperie : sourire, ne rien laisser paraître de ses désaccords intérieurs, sans pour autant renoncer à n'en faire qu'à sa tête. Après des études universitaires en Virginie, et alors que sa famille vient de s'installer à New York, il embarque en 1929, sans souffler mot à personne, sur un paquebot en partance pour le Vieux Monde. C'est le début d'un long exil volontaire, entrecoupé de quelques retours au bercail. La revue transition venait de publier quelques-uns des poèmes, d'inspiration surréaliste, qu'il avait envoyés à Paris. Écrivain précoce, Bowles se destinait pourtant à la musique. Il l'étudie en compagnie d'Aaron Copland et de Virgil Thomson. Il recueille en ethnologue la musique des pays qu'il visite ; surtout, il compose d'abondance pour la scène, ce qui lui permet, tant bien que mal, de financer une existence d'infatigable globe-trotter, avant de retrouver l'écriture après 1945 : son épouse, l'écrivain Jane Auer, le convainc de publier son premier roman, The Sheltering Sky (1949, Un thé au Sahara, 1952). Jean-Paul Sartre (dont il adapte Huis Clos pour la scène new-yorkaise), Tennessee Williams (qui sut convaincre Visconti de lui confier le script de son film Senso), Christopher Isherwood, Orson Welles, Dalí, Cocteau, Leonard Bernstein, Peggy Guggenheim, Francis Bacon sont quelques-unes des grandes figur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer l’article

Marc PORÉE, « BOWLES PAUL - (1910-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-bowles/