ESCOBAR PABLO (1949-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Pablo Escobar, tué le 2 décembre 1993 par les forces anti-drogue colombiennes, disparaît, à quarante-quatre ans, celui qui symbolisait le pouvoir et la richesse des trafiquants de drogue. En Colombie, aux yeux des milliers de personnes qui suivirent son enterrement, il incarnait en outre la revanche des humbles et des métis sur les classes dominantes créoles. Fils du contremaître d'une propriété appartenant à une grande famille de Medellín, le jeune Pablo, après avoir été chauffeur chez un industriel, entra dans le monde de la délinquance : vol de voitures, puis trafic de cocaïne. Arrêté en juin 1976, alors qu'il s'apprêtait à prendre livraison de vingt kilos de cette drogue, il ne fut jamais jugé, son dossier ayant été détruit et tous les témoins successivement assassinés.

Ses méthodes expéditives se doublaient d'un sens extraordinaire de l'organisation : il sut utiliser la colonie de Colombiens installée aux États-Unis pour monter ses réseaux d'exportation et de distribution de cocaïne et s'entourer de gens audacieux — qui ne constituèrent cependant jamais un “cartel” proprement dit. À Medellín, il s'est rendu populaire en aménageant des stades de football ou en faisant construire une cité de logements sociaux, mais il a surtout “donné du travail” à des centaines de jeunes tueurs, passeurs de drogue ou gardes du corps.

L'origine de la guerre menée par Pablo Escobar contre l'État colombien à partir de 1984 semble avoir une cause principale : des membres de la bourgeoisie, qui avaient accepté de faire des affaires avec lui, ou reçu son argent pour mener une carrière politique, refusèrent de l'admettre dans leurs clubs, de recevoir ses enfants dans les meilleurs établissements d'enseignement, de le voir siéger à leur côté sur les bancs du Parlement où il s'était fait élire comme député suppléant dans les rangs d'une dissidence du Parti libéral en 1982. Ainsi il fera tuer en 1984 le ministre de la Justice Rodrigo Lara Bonilla et, en 1989, le candidat à l'élection présidentielle, Luis Carlos Galan, qui, au début des années 1980, l'avaient expulsé d'une autre faction, le Nouveau Libéralisme, qu'il avait contribué à financer. Dans le cadre de son combat contre le traité d'extradition avec les États-Unis, à partir de la fin des années 1980, des hommes politiques, des centaines de journalistes, de policiers, de juges furent assassinés ; des édifices publics furent dynamités, ainsi qu'un avion en plein vol ; des personnalités enlevées. Le gouvernement colombien, incapable d'enrayer cette vague de violence, accepta de négocier. En juin 1991, Pablo Escobar se rendit en échange de l'engagement de ne pas être extradé aux États-Unis et de bénéficier d'une réduction de peine. Telles étaient du moins les conditions officiellement publiées. Dans les faits, le gouvernement du président Gaviria accepta qu'il vive dans sa luxueuse prison d'Envigado et qu'il continue d'y diriger ses affaires. Lorsqu'il fit enlever et assassiner certains de ses alliés, qui refusaient de lui payer la redevance perçue sur leurs envois de cocaïne à l'étranger, le gouvernement se décida à le transférer dans une autre prison, le 22 juillet 1992. Mais Pablo Escobar s'évada et reprit la guerre contre l'État, tout en négociant une nouvelle reddition. Durant un an et demi, malgré la capture, la reddition ou la mort de la plupart de ses lieutenants connus, il échappa à toutes les polices lancées contre lui, grâce aux complicités achetées dans les rangs des forces de répression et au soutien des habitants des quartiers populaires de la banlieue de Medellín. C'est la campagne d'attentats contre ses biens, ses proches et sa famille, de la part d'un groupe d'irréguliers, les Persécutés par Pablo Escobar (Pepes) composés de ses anciens complices, de ses rivaux du cartel de Cali et de policiers en civil, qui précipita sa chute : en reprenant contact par téléphone avec sa femme et ses enfants, qui s'étaient vu refuser l'asile politique en Allemagne, il fut repéré par les agents d'une unité spéciale chargée de le traquer.

Sa disparition a été saluée, un peu hâtivement, comme un coup important porté au plus gros “cartel” de la cocaïne. En fait, il avait abandonné, depuis le début des années 1980, le trafic proprement dit, pour se consacrer au racket de ses associés, sous le prétexte que c'était lui qui avait ouvert [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : retraité de l'Éducation nationale, expert dans le domaine de la géopolitique des drogues

Classification

Autres références

«  ESCOBAR PABLO (1949-1993)  » est également traité dans :

COLOMBIE

  • Écrit par 
  • Marcel NIEDERGANG, 
  • Olivier PISSOAT, 
  • Clément THIBAUD
  • , Universalis
  •  • 13 651 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Constitution politique et ouverture économique »  : […] L'administration de César Gaviria (1990-1994), l'héritier politique de Galán au sein du Nouveau Libéralisme, fut marquée par la jeunesse de ses cadres et une volonté de changement. Trois orientations furent privilégiées : la mutation institutionnelle, l'ordre public et l'ouverture économique. Une Assemblée constituante fut élue en décembre 1990 pour amender la vieille charte de 1886. Mais elle ex […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain LABROUSSE, « ESCOBAR PABLO - (1949-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pablo-escobar/