ESCOBAR PABLO (1949-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Pablo Escobar, tué le 2 décembre 1993 par les forces anti-drogue colombiennes, disparaît, à quarante-quatre ans, celui qui symbolisait le pouvoir et la richesse des trafiquants de drogue. En Colombie, aux yeux des milliers de personnes qui suivirent son enterrement, il incarnait en outre la revanche des humbles et des métis sur les classes dominantes créoles. Fils du contremaître d'une propriété appartenant à une grande famille de Medellín, le jeune Pablo, après avoir été chauffeur chez un industriel, entra dans le monde de la délinquance : vol de voitures, puis trafic de cocaïne. Arrêté en juin 1976, alors qu'il s'apprêtait à prendre livraison de vingt kilos de cette drogue, il ne fut jamais jugé, son dossier ayant été détruit et tous les témoins successivement assassinés.

Ses méthodes expéditives se doublaient d'un sens extraordinaire de l'organisation : il sut utiliser la colonie de Colombiens installée aux États-Unis pour monter ses réseaux d'exportation et de distribution de cocaïne et s'entourer de gens audacieux — qui ne constituèrent cependant jamais un “cartel” proprement dit. À Medellín, il s'est rendu populaire en aménageant des stades de football ou en faisant construire une cité de logements sociaux, mais il a surtout “donné du travail” à des centaines de jeunes tueurs, passeurs de drogue ou gardes du corps.

L'origine de la guerre menée par Pablo Escobar contre l'État colombien à partir de 1984 semble avoir une cause principale : des membres de la bourgeoisie, qui avaient accepté de faire des affaires avec lui, ou reçu son argent pour mener une carrière politique, refusèrent de l'admettre dans leurs clubs, de recevoir ses enfants dans les meilleurs établissements d'enseignement, de le voir siéger à leur côté sur les bancs du Parlement où il s'était fait élire comme député suppléant dans les rangs d'une dissidence du Parti libéral en 1982. Ainsi il fera tuer en 1984 le ministre de la Justice Rodrigo Lara Bonilla et, en 1989, le ca [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : retraité de l'Éducation nationale, expert dans le domaine de la géopolitique des drogues

Classification


Autres références

«  ESCOBAR PABLO (1949-1993)  » est également traité dans :

COLOMBIE

  • Écrit par 
  • Marcel NIEDERGANG, 
  • Olivier PISSOAT, 
  • Clément THIBAUD
  • , Universalis
  •  • 13 648 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Constitution politique et ouverture économique »  : […] L'administration de César Gaviria (1990-1994), l'héritier politique de Galán au sein du Nouveau Libéralisme, fut marquée par la jeunesse de ses cadres et une volonté de changement. Trois orientations furent privilégiées : la mutation institutionnelle, l'ordre public et l'ouverture économique. Une Assemblée constituante fut élue en décembre 1990 pour amender la vieille charte de 1886. Mais elle ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colombie/#i_21685

Les derniers événements

9-10 juin 1995 • ColombieArrestation du chef du cartel de Cali et attentat meurtrier.

Le 9, les forces de l'ordre capturent le chef du cartel de Cali, Gilberto Rodriguez Orejuela, considéré comme le principal responsable du trafic de drogue colombien depuis la mort de Pablo Escobar, ancien chef du cartel de Medellín, tué par la police en décembre 1993. Ce succès, obtenu grâce à [...] Lire la suite

2 décembre 1993 • ColombiePablo Escobar tué par les forces de l'ordre.

Pablo Escobar, chef du cartel de la drogue de Medellín, est tué dans sa ville par les hommes de l'unité spéciale créée pour le capturer. La guerre engagée par les autorités à son encontre, qui devait provoquer des centaines de morts, avait véritablement débuté après l'assassinat du candidat [...] Lire la suite

22 juillet 1992 • ColombieÉvasion du trafiquant de drogue Pablo Escobar.

Pablo Escobar, chef du cartel de Medellin, s'évade de sa prison d'Envigado. Les autorités avaient décidé de le transférer vers un autre établissement, afin de l'empêcher de continuer à diriger son organisation depuis sa « luxueuse » prison. Il aurait acheté ses gardiens. Il s'était rendu le 19 [...] Lire la suite

3-19 juin 1991 • ColombieOuverture de négociations avec la guérilla et reddition du narcotrafiquant Pablo Escobar.

constituante élue en décembre 1990, autorité suprême du pays où sont notamment représentés les mouvements de guérilla légalisés. Avant d'achever ses travaux, le 4 juillet, celle-ci convoque, le 15, des élections législatives anticipées pour le 27 octobre. Le 19, Pablo Escobar se rend aux autorités [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain LABROUSSE, « ESCOBAR PABLO - (1949-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pablo-escobar/