ORANGE, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sur la colline Saint-Eutrope, qui domine la ville au sud, Orange a conservé des vestiges préhistoriques et protohistoriques. Mais c'est seulement après ~ 36, sous le deuxième triumvirat, que fut fondée par Rome, adossée à ce point fort, mais se développant dans la plaine, la colonie romaine d'Arausio : les vétérans qui y furent installés pour surveiller la route nord-sud et mettre en valeur un pays fertile, appartenaient à la IIe légion, qui portait le nom de Gallica. La ville, entourée dès Auguste par un rempart garni de tours, est organisée sur un plan régulier, en damier, dont les quartiers, aujourd'hui recouverts par les maisons modernes, s'étendaient entre le théâtre et l'arc de triomphe, qui restent les deux monuments insignes de la cité. Le théâtre est sans doute plus ancien ; il daterait de l'époque d'Auguste. Avec son vaste hémicycle de gradins couronnés par un portique, pouvant accueillir près de 9 000 spectateurs, et son bâtiment de scène, au mur massif haut de 37 mètres, portant intérieurement, en arrière d'une estrade de scène large de 61 mètres, un riche décor (niches abritant des statues, frises de marbre, colonnes et pilastres engagés) organisé en étages sous un toit en abat-son dont on retrouve sans peine les traces d'ancrage, c'est l'édifice de ce type le mieux conservé en Europe. À proximité, à l'ouest et au nord-ouest, des zones sacrées présentent des aménagements très ruinés aujourd'hui. L'arc triomphal, dressé à l'extrémité du cardo (axe nord-sud) urbain, à l'emplacement d'une porte, est le plus ancien des arcs à trois baies, conservant au-dessus du centre de sa façade le fronton de l'arc à baie unique, du type le plus ancien. Haut de 19 mètres, il présente une décoration exubérante sculptée en relief qui exprime les tendances d'un art provincial, propre à la Narbonnaise : panneaux d'armes gauloises au-dessus des baies et, sur les petits côtés, trophées ; plus haut, quatre panneaux de dépouilles navales ; sous l'entablement, une galatomachie, de composition assez aérée ; enfin, à l'attique supérieur, des combats, enchevêtrés, tumultueux, dans la tradition de l'art pergaménien. Sur l'architrave, en lettres de bronze aujourd'hui perdues (il subsiste les mortaises d'accrochage, révélatrices), une dédicace à l'empereur Tibère indique la date de 27-26 ; mais on pense que l'arc pourrait être un peu plus ancien. L'importance antique de la colonie d'Orange est bien attestée encore par le célèbre cadastre dessiné sur marbre, dont les fragments, exposés au musée, ont été trouvés entre 1949 et 1955, rue de la République. Cette carte, annotée d'inscriptions, affichée à l'intérieur d'un édifice du forum sur trois panneaux diversement orientés (cadastres A, B et C) donnait l'état de l'occupation foncière et le taux des taxes appliquées aux terrains cultivables situés sur la rive gauche du Rhône, de Montélimar jusqu'à la Durance au moins. Ce plan, divisé en carrés réguliers, d'environ 50 hectares, où apparaissaient cours d'eau et routes, a été gravé sous Vespasien, en 77 ; mais la division agraire originale remonte manifestement à Auguste. L'extension du terroir relevant de la colonie d'Arausio met bien en évidence l'importance administrative considérable de la fondation des vétérans de la IIe légion.

Arc d'Orange

Photographie : Arc d'Orange

L'Arc d'Orange, Vaucluse, France. Ier siècle. 

Crédits : Arterra/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

La cité romaine semble avoir été détruite au iiie siècle, par les invasions qui, vers 280, ravagèrent la plupart des sites du Midi. Le christianisme rebâtit sur les cendres ; en 381, c'est le premier évêché d'Orange, où s'illustre saint Florent. Des conciles se tiennent à Orange ; mais en 509, les habitants sont déportés par Théodoric ; ils ne peuvent retrouver leurs foyers que sur l'intervention de saint Césaire. Après des siècles obscurs, apparaissent les noms de Guillaume d'Orange (au Court Nez), puis de Rambaud II, qui suit en 1096 la croisade de Godefroy de Bouillon. Orange est alors successivement dans la dépendance des seigneurs d'Orange-Montpellier, des Baux, des chevaliers de Saint-Jean. Au xiie siècle, l'évêché est rétabli, la cathédrale (dédiée à Notre-Dame de Nazareth) construite. Au xiie siècle encore, Raymond des Baux transforme l'arc triomphal en tour de défense. Une université apparaît en 1365. François Ier annexe un moment Orange (1517-1526) ; puis une période nouvelle s'ouvre avec les Nassau, qui dirigeaient aussi les Pays-Bas : Orange se développe, avec un statut privilégié. Mais la cité, ayant épousé la religion réformée, souffre des guerres : après le pillage de 1562, le théâtre antique s'emplit d'habitations précaires et sert de réduit fortifié. Au xviie siècle, Maurice de Nassau construit sur la colline, où un château était établi dès le xive siècle, une forteresse imposante, et il fortifie la ville, mais la citadelle est démantelée par Louis XIV en 1660, et la moitié des habitants sont chassés. Au xviiie siècle, la ville, française, connaît un nouvel essor, comme centre industriel et marché ; au xixe et au début du xxe siècle, elle bénéficie de nouveaux aménagements (percement de la rue de la République), avec, entre 1854 et 1856, le déblaiement du théâtre antique, vivant à nouveau dès 1869. La gare, une base aérienne, l'autoroute, une vocation de transit et de tourisme expliquent enfin l'extension urbaine moderne, bien au-delà des noyaux anciens.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancien secrétaire général de l'École française d'Athènes, directeur des Antiquités historiques de Provence

Classification

Autres références

«  ORANGE, France  » est également traité dans :

ARC DE TRIOMPHE

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 1 625 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Origine et évolution des portes magiques »  : […] La signification de l'arc de triomphe s'explique par la plus ancienne religion romaine de la guerre ; à l'issue des campagnes, on faisait passer les guerriers sous une porte magique, pour les décharger des énergies destructrices qu'ils portaient en eux et qui auraient été dangereuses pour leurs compatriotes. Ces portes étaient placées soit à l'entrée de la ville, soit à l'entrée du forum. Il exis […] Lire la suite

ENCEINTES

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 5 793 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les orientations de la recherche sur les enceintes »  : […] Les progrès dans la connaissance des enceintes passent par des publications systématiques de monographies qui sont les étapes indispensables (mais non suffisantes) d'une approche comparative. Certes, l'ambivalence fondamentale de l'enceinte (lien et séparation, dépense de prestige et de nécessité, symbole de puissance et de crainte) contraint à ne pas en réduire la signification à la fonction défe […] Lire la suite

Les derniers événements

3-31 mai 2020 France. Début du déconfinement.

Île-de-France, de Mayotte et de la Guyane qui demeurent classés en « zone orange ». Le Premier ministre annonce la fin des restrictions de déplacement, la réouverture des cafés et restaurants – mais seulement en terrasse dans les zones orange –, ainsi que des musées et des parcs et jardins. La réouverture des écoles, collèges et lycées doit se poursuivre […] Lire la suite

12 juin 2018 France. Renvoi du PDG de France Télécom devant la justice.

Orange, qui a succédé à France Télécom, est également renvoyé devant la justice pour harcèlement moral en tant que personne morale. Les juges décrivent Didier Lombard, qui avait « pris l’engagement devant les milieux financiers de faire baisser la masse salariale pour dégager 7 milliards de cash-flow », comme « le principal responsable » du « harcèlement […] Lire la suite

5 avril 2014 France. Rachat de S.F.R. par Numericable

Le 5, le conseil de surveillance de Vivendi se prononce à l'unanimité en faveur de l'offre de rachat de l'opérateur de téléphonie mobile S.F.R., sa filiale, par le câblo-opérateur Numericable pour 13,5 milliards d'euros et 20 p. 100 de participation dans la nouvelle entité. L'offre de Bouygues, soutenue par le gouvernement, est rejetée. S.F.R.-Numericable […] Lire la suite

12-28 juin 2013 France. Mise en examen de Bernard Tapie dans le dossier Adidas

Le 12, Stéphane Richard, ancien directeur de cabinet de l'ex-ministre de l'Économie Christine Lagarde, et Jean-François Rocchi, ancien président du Consortium de réalisation (C.D.R.) chargé de gérer le passif du Crédit lyonnais, sont mis en examen pour « escroquerie en bande organisée » dans l'affaire de l'arbitrage du litige opposant Bernard Tapie […] Lire la suite

17 octobre 2011 France. Mise en examen du directeur central du Renseignement intérieur

La juge d'instruction chargée de l'affaire d'espionnage des sources du journal Le Monde met en examen le directeur central du Renseignement intérieur, Bernard Squarcini, pour « atteinte au secret des correspondances par personne dépositaire de l'autorité publique », « collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite […] Lire la suite

Pour citer l’article

François SALVIAT, « ORANGE, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orange-france/