ORANGE, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sur la colline Saint-Eutrope, qui domine la ville au sud, Orange a conservé des vestiges préhistoriques et protohistoriques. Mais c'est seulement après ~ 36, sous le deuxième triumvirat, que fut fondée par Rome, adossée à ce point fort, mais se développant dans la plaine, la colonie romaine d'Arausio : les vétérans qui y furent installés pour surveiller la route nord-sud et mettre en valeur un pays fertile, appartenaient à la IIe légion, qui portait le nom de Gallica. La ville, entourée dès Auguste par un rempart garni de tours, est organisée sur un plan régulier, en damier, dont les quartiers, aujourd'hui recouverts par les maisons modernes, s'étendaient entre le théâtre et l'arc de triomphe, qui restent les deux monuments insignes de la cité. Le théâtre est sans doute plus ancien ; il daterait de l'époque d'Auguste. Avec son vaste hémicycle de gradins couronnés par un portique, pouvant accueillir près de 9 000 spectateurs, et son bâtiment de scène, au mur massif haut de 37 mètres, portant intérieurement, en arrière d'une estrade de scène large de 61 mètres, un riche décor (niches abritant des statues, frises de marbre, colonnes et pilastres engagés) organisé en étages sous un toit en abat-son dont on retrouve sans peine les traces d'ancrage, c'est l'édifice de ce type le mieux conservé en Europe. À proximité, à l'ouest et au nord-ouest, des zones sacrées présentent des aménagements très ruinés aujourd'hui. L'arc triomphal, dressé à l'extrémité du cardo (axe nord-sud) urbain, à l'emplacement d'une porte, est le plus ancien des arcs à trois baies, conservant au-dessus du centre de sa façade le fronton de l'arc à baie unique, du type le plus ancien. Haut de 19 mètres, il présente une décoration exubérante sculptée en relief qui exprime les tendances d'un art provincial, propre à la Narbonnaise : panneaux d'armes gauloises au-dessus des baies et, sur les petits côtés, trophées ; plus haut, quatre panneaux de dépouilles navales ; sous l'entablement, une galatomachie, de composition assez aérée ; enfin, à l'attique supér [...]

Arc d'Orange

Arc d'Orange

Photographie

L'Arc d'Orange, Vaucluse, France. Ier siècle. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien secrétaire général de l'École française d'Athènes, directeur des Antiquités historiques de Provence

Classification


Autres références

«  ORANGE, France  » est également traité dans :

ARC DE TRIOMPHE

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 1 622 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Origine et évolution des portes magiques »  : […] La signification de l'arc de triomphe s'explique par la plus ancienne religion romaine de la guerre ; à l'issue des campagnes, on faisait passer les guerriers sous une porte magique, pour les décharger des énergies destructrices qu'ils portaient en eux et qui auraient été dangereuses pour leurs compatriotes. Ces portes étaient placées soit à l'entrée de la ville, soit à l'entrée du forum. Il exis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arc-de-triomphe/#i_80296

ENCEINTES

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 5 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les orientations de la recherche sur les enceintes »  : […] Les progrès dans la connaissance des enceintes passent par des publications systématiques de monographies qui sont les étapes indispensables (mais non suffisantes) d'une approche comparative. Certes, l'ambivalence fondamentale de l'enceinte (lien et séparation, dépense de prestige et de nécessité, symbole de puissance et de crainte) contraint à ne pas en réduire la signification à la fonction défe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enceintes/#i_80296

Pour citer l’article

François SALVIAT, « ORANGE, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/orange-france/