OPHICLÉIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce nom a été forgé pour désigner un serpent muni de clefs. Cet instrument est né, sous sa forme définitive, en 1817, dans l'atelier du facteur parisien Halary. En réalité, c'est une nouvelle étape dans l'évolution du serpent droit, caractérisé par une colonne d'air de type évasé, formant un U, mise en vibration par le musicien au moyen d'une embouchure en bassin. Le serpent droit avait été, depuis plusieurs années, préféré au serpent à circonvolutions dans les musiques militaires et de plein air. Halary, se disant le père de l'ophicléide, aurait voulu s'en conserver l'exclusivité par un brevet, mais le caractère d'inventeur ne lui fut pas reconnu. D'autres facteurs d'instruments à vent en construisirent, dont plusieurs Lyonnais et le célèbre Adolphe Sax. L'instrument eut un tel succès qu'il fut, bien que conçu pour assurer les basses, construit en plusieurs tessitures (o. contralto par A. Sax). Plusieurs compositeurs l'apprécièrent au point de lui confier des parties solistes dans leurs œuvres, notamment Giacomo Meyerbeer, Hector Berlioz et Félix Mendelssohn. La largeur de sa perce, son évasement progressif jusqu'au pavillon, lui conféraient une sonorité ronde et enveloppée. Son étendue était d'environ trois octaves. Des variantes de l'instrument furent construites dans toute l'Europe. Mais l'ophicléide apparaissait à une période de grands bouleversements dans la facture instrumentale ; les clefs qui obturent les trous — ceux-ci percés selon les lois de l'acoustique — entraînent des doigtés souvent incommodes lorsqu'elles sont trop nombreuses (onze était le nombre le plus fréquent) ; leur réglage est délicat et un fonctionnement imprécis cause des défauts de justesse. À peu près à la même période, le système des pistons fait son apparition en Allemagne et, d'abord adapté au cor, s'applique à toutes sortes d'instruments à vent. Guichard, de Paris, invente un ophicléide à trois pistons en 1832. Mais l'évolution de la musique symphonique le chasse peu à peu de l'orchestre, au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  OPHICLÉIDE  » est également traité dans :

CHORALE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Universalis
  •  • 3 109 mots

Dans le chapitre « Moyen Âge »  : […] La pratique romaine, en musique comme ailleurs, n'ajoute rien à celle de la Grèce. Le christianisme remet bientôt tout en cause en plaçant l'office, et surtout l'office psalmodique, au centre des préoccupations. Dès le début, la détermination des rôles respectifs du soliste et du chœur, considéré comme l'ensemble des fidèles, constitue le problème majeur. D'abord, l'un et l'autre alternent (chant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-chorale/#i_11057

VENT INSTRUMENTS À

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 6 489 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les cuivres »  : […] Les cuivres ne le cèdent en rien aux bois pour leur richesse sonore, leur variété de timbre et leur diversité d'emploi. Sans remonter aux danses du Moyen Âge, on connaît les Danseries de Pierre Attaignant (1557) pour quatuor de hautbois, cornets et trombones. Du xv e au xviii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instruments-a-vent/#i_11057

Pour citer l’article

Josiane BRAN-RICCI, « OPHICLÉIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ophicleide/