OERTER ALFRED dit AL (1936-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formidable compétiteur, l'athlète américain Al Oerter, né le 19 septembre 1936 à Astoria (État de New York), a remporté quatre titres olympiques au lancer du disque, sans jamais avoir fait figure de favori. Plusieurs générations de discoboles, de l’Italien Aldo Consoloni au Suédois Richard Bruch en passant par l’Allemand de l’Est Lothar Milde et tous les Américains (Fortune Gordien, Rink Babka, Richard Cochran, David Weill, Jay Silvester…), ont dû baisser pavillon aux jeux Olympiques, battus par Al Oerter.

Al Oerter, 1956

Photographie : Al Oerter, 1956

Photographie

En 1956, à Melbourne, l'athlète américain Al Oerter, vingt ans, devient champion olympique du lancer du disque à la surprise des observateurs. Il remportera de nouveau le concours olympique en 1960, 1964 et 1968. 

Crédits : STAFF/ AFP/Getty Images

Afficher

Après s’être essayé en dilettante au football américain et au basket-ball, Al Oerter opte pour l’athlétisme et le lancer du disque en intégrant l’université du Kansas, où il mène de front pratique sportive de haut niveau et études de mathématiques. Il maîtrise rapidement la technique du discobole et, à vingt ans, il gagne sa sélection pour les jeux Olympiques de Melbourne, en 1956. En Australie, son compatriote Fortune Gordien, recordman du monde depuis 1953 (59,28 m), doit s'effacer devant ce quasi-débutant (56,36 m dès le premier essai du concours), alors que Gordien ne réussit que 54,81 m. En 1960, à Rome, Oerter lance le disque à 59,18 m à son cinquième essai, et l'Américain Rink Babka (58,02 m), alors co-recordman du monde avec le Polonais Edmund Piatkowski (59,91 m), s'incline lui aussi.

Oerter n’était pas un homme de record. Néanmoins, en 1962, il bat par deux fois le record du monde (61,10 m, puis 62,62 m), puis établit un nouveau record en 1964 (62,94 m). Mais ces performances sont nettement améliorées en cette même année 1964 par le Tchécoslovaque Ludvik Danek, qui réussit un jet de 64,54 m et se présente donc en favori pour le titre olympique. En outre, à Tōkyō, Al Oerter se présente blessé ; seule sa formidable fierté lui permettra de s'imposer face à Ludvik Danek, au cinquième essai (61 m), alors que Danek n'a réussi que 60,52 m.

Al Oerter a souvent mis sa carrière sportive entre parenthèses pour se consacrer à ses études puis à son métier d'ingénieur informaticien. Après ce troisième titre, il abandonne [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  OERTER ALFRED dit AL (1936-2007)  » est également traité dans :

JEUX OLYMPIQUES - Les athlètes sans couronne

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 370 mots

Le 18 octobre 1964, un dimanche pluvieux sur le Japon, devait être le jour de gloire de Michel Jazy. Vice-champion olympique du 1 500 mètres en 1960 à Rome, champion d'Europe en 1962, toujours sur 1 500 mètres, le populaire athlète français a choisi de s'aligner dans le 5 000 mètres aux jeux Olympiques de T̄okȳo. Bien qu'il s'en défende, peut-être a-t-il pris cette option pour éviter d'affronter […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « OERTER ALFRED dit AL - (1936-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oerter-alfred-dit-al/