KHAN NUSRAT FATEH ALI (1948-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Surnommé le Pavarotti pakistanais, Nusrat Fateh Ali Khan appartenait à une illustre famille de chanteurs spécialisés dans le qawwali (littéralement, « musique de la parole »), tradition issue du mysticisme soufi. Il naît à Lyallpur (aujourd'hui Faisalabad) le 12 juillet 1948. Son père, Ustad Fateh Ali Khan, aurait voulu pour lui un métier « noble » (médecin, ingénieur...). Mais, vingt jours après la mort de ce dernier, Nusrat Fateh Ali Khan, alors à peine âgé de treize ans, a une illumination et « reçoit un message de l'au-delà » qui lui commande de chanter. Ravi de s'exécuter, l'adolescent donnera sa première performance vocale... sur la tombe de son père.

Deux ans plus tard, Nusrat Fateh Ali Khan commence à se produire sur scène en compagnie des frères aînés de son père, Ustad Moubarik Ali Khan et Ustad Salamat Ali Khan. En 1971, à la suite du décès de l'un d'eux, il s'affirme comme l'un des plus grands chanteurs contemporains et devient le shahen-shah-e-qawwali, la « plus étincelante étoile du qawwali ».

Ses hallucinants crescendos vocaux au timbre rauque, soutenus par la jubilation des harmoniums portatifs (introduits par les missionnaires portugais du xviie siècle, les harmoniums portatifs ont remplacé, dans le qawwali, le sarangi, vièle à trois cordes mélodiques et trente cordes de résonance) et des claquements de mains, invitent à l'extase sur des rythmes de plus en plus enfiévrés qui mènent ces musiques sacrées sur les chemins de la transe. Ces chants populaires qui s'épanouissent autour des mazzals, les mausolées, célèbrent la mort des saints comme une fête, car celle-ci signifie leur « mariage avec Allāh » : « Je me suis noyé dans l'union avec Lui / je me suis annihilé en Lui. »

Nusrat Fateh Ali Khan a toujours refusé qu'on le qualifie de soufi, même si son « tube » Allahou célèbre la fusion avec Dieu et évoque « l'Éternel qui est partout, il est à droite, en face, en haut... ». D'ailleurs, les vrais soufis ne s'affirment jamais comme tels, car l'objectif fixé par ces ascètes – devenir indifférents aux biens de ce monde – est si inaccessible qu'il serait pr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Éliane AZOULAY, « KHAN NUSRAT FATEH ALI - (1948-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nusrat-fateh-ali-khan/