CEYLAN NURI BILGE (1959- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jeu avec l’autobiographie

Dans cette trilogie, à travers la figure du père, les souvenirs qui lui sont liés et qui renvoient directement au Miroir (1974), l’influence d’Andreï Tarkovski apparaît nettement. D’autres influences se font jour, telle celle d’Abbas Kiarostami pour le portrait du jeune Ali. Des auteurs contemporains comme Asghar Farhadi ou Andreï Zviaguintsev (et son sens de la fatalité) ont pu également influencer Nuri Bilge Ceylan. Sans doute le cinéaste turc a-t-il vu Une séparation (2011) de son collègue iranien avant de tourner Winter Sleep : la peinture caustique, mais sans pathos, de la crise du couple, semble proche chez les deux hommes.

Avec Uzak, on quitte le cocon familial. Mahmut, un photographe très suffisant, accueille à contrecœur un lointain cousin venu de son village. Son dédain à son égard crée une situation délétère, où transparaissent le malaise et l’incommunicabilité que vit cet autre alter ego du cinéaste. Dans Les Climats (2006), Ceylan interprète lui-même le rôle de l’archéologue sur le point de se séparer de son épouse (jouée par Ebru Ceylan, compagne du cinéaste). L’influence d’Antonioni, celui de L’Éclipse (1962), est ici patente. L’auteur utilise pour la première fois le numérique, non pour concevoir des effets spéciaux mais afin d’obtenir l’image qu’il souhaite en ajoutant ou en retranchant ombres, lumières, textures et trames. Ceylan joue avec les thèmes de l’autobiographie pour les détourner. Dans Winter Sleep, le cinéaste enchevêtre deux récits dans lesquels le vieux comédien Aydin dialogue à la fois avec sa sœur et son épouse, et qui renvoient à deux nouvelles de Tchekhov, Braves Gens (1886) et Ma Femme (1892).

Ceylan ne montre pas, dans son œuvre, de véritable attrait pour la peinture sociale. Il réalise néanmoins deux essais dans cette direction, Les Trois Singes (prix de la mise en scène au festival de Cannes 2008) et Il était une fois en Anatolie (grand prix ex aequo au festival de Cannes 2011). Dans le premier film, un chauffeur doit prendre sur lui, contre rétribution, la responsabilité d’un crime accidentel commis [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « CEYLAN NURI BILGE (1959- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuri-bilge-ceylan/