NOYADE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La noyade peut se définir comme le résultat d'un syndrome asphyxique provoqué par la pénétration d'un liquide (le plus souvent de l'eau) dans les voies respiratoires au cours d'une immersion.

La terminologie actuelle fait la distinction entre le noyé, qui est une victime non réanimée au moment du sauvetage, et le presque noyé (ou pré-noyé) qui est une victime ayant survécu plus ou moins longtemps après le retrait de l'eau.

Pour comprendre les mécanismes de la noyade, il faut rappeler que la survie dans l'eau n'est possible que si les orifices aériens (bouche et nez) ne se trouvent pas immergés d'une façon durable, condition qui habituellement ne peut être réalisée que par la nage ou la plongée avec équipement. On distingue ainsi :

Les noyades par hydrocution ou fausses noyades, qui sont des accidents de natures diverses, survenant en milieu hydrique ; à la gravité initiale viendront se surajouter les difficultés de détection et de recherche de la victime. Plusieurs hypothèses ont été évoquées pour expliquer leur déclenchement (syncope réflexe de type vaso-vagal, syncope par choc thermo-différentiel après une pénétration brutale dans de l'eau froide, etc.) ; elles ont toutes un point commun : la syncope est primitive et apparaît avant toute pénétration d'eau dans les poumons.

Les noyades par incapacité technique ou noyades vraies ; cette incapacité peut être complète : c'est le cas du sujet qui ne sait pas nager et qui tombe dans une eau profonde ; il peut s'agir d'une insuffisance temporaire plus que d'une incapacité, secondaire à un épuisement musculaire : c'est le cas du sujet épuisé qui ne pourra vaincre un courant et rejoindre la rive ; enfin, la noyade peut être due à une incapacité technique liée à l'environnement : c'est le cas du sujet blessé dans l'eau ou bloqué dans un véhicule tombé dans l'eau. Il existe ainsi une infinie variété de causes de noyade accidentelle, sans oublier les noyades volontaires par suicides et les noyades criminelles.

La connaissance des mécanismes physio-pathologiques internes est indispensable au médecin pour assurer un traitement ada [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : médecin-colonel, anesthésiste-réanimateur, chargé de l'enseignement de la médecine d'urgence et de la médecine de catastrophe au service de santé des armées

Classification

Les derniers événements

9 décembre 2014 • États-Unis • Publication du rapport d'enquête sur les pratiques de torture par la C.I.A.

des actes de torture – comme le simulacre de noyade ou la privation de sommeil – n'a jamais permis d'obtenir d'information importante de la part des quelques dizaines de suspects concernés. Il met en cause la C.I.A. pour la mauvaise gestion des prestataires extérieurs auxquels ce programme était [...] Lire la suite

16-24 avril 2009 • États-Unis • Débat sur la torture pratiquée par la C.I.A.

révélation, concernant notamment l'utilisation du waterboarding – simulacre de noyade – et de la privation de sommeil, provoque un scandale, d'autant que le président Obama assure que les agents de la C.I.A. ayant pratiqué la torture ne seront pas poursuivis. Le 21, Barack Obama [...] Lire la suite

7-8 mars 2008 • États-Unis • Veto présidentiel à une loi interdisant l'interrogatoire « poussé » des « combattants illégaux ».

d'Al-Qaida, au manuel des règles d'interrogatoire en vigueur dans l'armée. Celui-ci interdit l'usage de méthodes d'interrogatoire « poussées » telles que le waterboarding, ou simulacre de noyade. Le 5 février, le directeur de la C.I.A. Michael Hayden avait reconnu devant une [...] Lire la suite

17-19 mars 2004 • Serbie-et-Monténégro • Regain de violence au Kosovo.

Le 17, des affrontements violents entre Serbes et Albanais éclatent au Kosovo, à la suite de la noyade de trois enfants albanais qui auraient été attaqués par des Serbes, la veille, à Mitrovica. Les jours précédents, l'assassinat de plusieurs Serbes dans la province avait fait monter la tension [...] Lire la suite

6 mars 1987 • Belgique - Royaume-Uni • Naufrage d'un car-ferry britannique à Zeebrugge

et internationaux dépêchés sur place permettent de sauver de la noyade environ trois cent cinquante des cinq cent quarante-trois personnes censées être à bord. Le fait que de nombreux cadavres sont restés dans l'épave et l'imprécision quant au nombre exact de passagers montés à bord – Britanniques [...] Lire la suite

Pour citer l’article

René NOTO, « NOYADE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noyade/