TCHERNYCHEVSKI NIKOLAÏ GAVRILOVITCH (1828-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe, critique et écrivain, le plus connu des « hommes nouveaux » de la société russe. Fils de pope, donc déclassé (raznočinec) puisqu'il est privilégié sans être noble, séminariste puis étudiant pauvre gagné par les idées du socialisme, disciple de Feuerbach, Nikolaï Gavrilovitch Tchernychevski devient l'idéologue des nihilistes des années 1860. Il collabore à Sovremennik (Le Contemporain) et, avec son ami Dobrolioubov, fait de cette revue la tribune des penseurs révolutionnaires (ils y mènent la lutte contre les libéraux). En 1861, son appel clandestin à la révolte des paysans lui vaut d'être arrêté, puis exilé en Sibérie ; il mourra finalement à Saratov, sa ville natale. Sa thèse de doctorat, Les Rapports esthétiques de l'art et de la réalité, expose les principes esthétiques qui influeront fortement sur la pensée marxiste russe : l'art est un reflet du réel et lui est donc inférieur, mais en expliquant la réalité, en indiquant ce qui est beau et bon, il devient un « manuel de vie ». Socialiste utopique, ignorant Marx, il est influencé par Fourier, mais croit en une évolution originale de la Russie par un passage, grâce à la science, de la communauté paysanne à la communauté socialiste. Appliquant ses principes, Tchernychevski écrivit en prison son seul roman Que faire ? (Čto delat' 1863), qui devint la bible de l'intelligentsia progressiste et révolutionnaire. Sous prétexte d'une intrigue qui importe peu et vis-à-vis de laquelle il prend ses distances, Tchernychevski propose un manuel de vie : on y voit exposée et mise en pratique une morale nouvelle, la morale de « l'égoïsme rationnel » (l'homme atteignant le bonheur par la recherche de son intérêt bien compris qui se confond avec celui des autres) ; on y trouve le type du révolutionnaire ascétique tout entier consacré à sa tâche ; Tchernychevski y expose enfin, sous forme d'allégorie, une vision du socialisme futur qui le rend proche des socialistes utopiques : des communautés pour la vie et le travail dans la joie. C'est à cette conception du monde comme à cette morale que s'en prend Dostoïevski dans L'Homme du souterrain et dans Crime et châtiment.

« Elle m'a profondément retourné ; c'est une œuvre qui fournit de l'énergie pour toute la vie », aurait dit Lénine à propos de Que faire ? Il est évident en tout cas que la pensée de Tchernychevski a marqué, par les modèles moraux et littéraires qu'elle propose, la société soviétique.

—  Alexis BERELOWITCH

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître de conférences à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  TCHERNYCHEVSKI NIKOLAÏ GAVRILOVITCH (1828-1889)  » est également traité dans :

FOURIÉRISME

  • Écrit par 
  • Simone DEBOUT-OLESZKIEWICZ
  •  • 4 168 mots

Dans le chapitre « Les phalanstères »  : […] Ces dispositions supposent la société entière et le grand air du monde. Pourtant Fourier croyait possible d'organiser un « phalanstère » ou « phalange », en associant 810 caractères différents des deux sexes (soit 1 620), qui représentent l'âme humaine intégrale. Chaque individu, en effet, n'est que la 810 e partie de l'âme : il possède le fonds commun des douze passions primitives, mais en une p […] Lire la suite

RÉALISME SOCIALISTE

  • Écrit par 
  • John BERGER, 
  • Howard DANIEL, 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 3 530 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique et définitions »  : […] Le 23 avril 1932, un décret du comité central du Parti communiste avait « liquidé » officiellement tous les groupements d'artistes et d'écrivains existant en U.R.S.S., et institué des syndicats uniques rassemblant tous les praticiens dans le domaine des arts visuels, de la littérature et de la musique. L'appareil du parti possédait le contrôle effectif de tous les syndicats, et ces derniers étaien […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 101 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'intelligentsia (1825-1890) »  : […] Soumise jusque-là à des canons littéraires étrangers, la littérature russe doit son émancipation à trois écrivains qui ont subi et dépassé, chacun à sa manière, l'influence du romantisme et dont l'œuvre constituera, pour les auteurs du xix e  siècle, un système de normes et de références nationales. Alexandre Pouchkine (Puškin, 1799-1837) crée, avec Evgenij Onegin (1823-1830), le prototype du hér […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alexis BERELOWITCH, « TCHERNYCHEVSKI NIKOLAÏ GAVRILOVITCH - (1828-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-gavrilovitch-tchernychevski/