NEKRASSOV NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH (1821-1877)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La popularité que connut le poète russe Nekrassov dans les milieux libéraux et littéraires de son temps n'implique pas qu'il ait été, de son vivant, apprécié à sa juste valeur. Car, si des ennemis idéologiques de la taille d'un Dostoïevski ou d'un Apollon Gregoriev lui rendaient justice et témoignaient de sa valeur, le plus grand nombre, tout en s'intéressant aux sujets de ses poésies, étaient rebutés par des formes qu'ils estimaient contestables. Après sa mort, la poésie de Nekrassov continua d'être jugée d'après son contenu, rejetée par les uns, acceptée en bloc par les autres. Ce n'est qu'au xxe siècle que l'originalité et la nouveauté de Nekrassov furent pleinement reconnues. Et cette reconnaissance fut d'abord le fait de ceux-là mêmes dont les conceptions littéraires et philosophiques étaient aux antipodes des siennes : les poètes de l'école symboliste. Ils pardonnaient à celui qui avait écrit le vers fameux :

 Tu peux ne pas être un poète

 Mais tu dois être un citoyen.

Ils lui pardonnaient ces paroles qu'ils trouvaient sacrilèges parce qu'ils admiraient le grand poète si peu conventionnel, si humain dans son fond, et resté inimitable dans sa forme.

L'homme écartelé

Nikolaï Alexeïevitch Nekrassov passa son enfance dans un petit domaine du gouvernement de Iaroslavl, Grechnevo, où il était né. Son père était un homme brutal, grossier et jouisseur. Sa mère, d'origine polonaise, était au contraire une femme douce, sensible et romantique. Beaucoup plus cultivée que son mari, elle fit partager à son fils son goût de la poésie, de la vie des sentiments, ainsi que cet amour du peuple qui joua plus tard un si grand rôle dans sa vie et son œuvre. L'enfant était écartelé entre sa vénération pour sa mère et l'attrait des plaisirs grossiers auxquels l'initia de très bonne heure son père.

Après de médiocres études au lycée, Nekrassov veut se faire inscrire à l'université de Saint-Pétersbourg comme auditeur libre. Furieux, son père lui coupe les vivres ; Nekrassov se débat seul contre la misère pendant plus de cinq ans. Mais il possède une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NEKRASSOV NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH (1821-1877)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'intelligentsia (1825-1890) »  : […] Soumise jusque-là à des canons littéraires étrangers, la littérature russe doit son émancipation à trois écrivains qui ont subi et dépassé, chacun à sa manière, l'influence du romantisme et dont l'œuvre constituera, pour les auteurs du xix e  siècle, un système de normes et de références nationales. Alexandre Pouchkine (Puškin, 1799-1837) crée, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_12166

Pour citer l’article

Sophie LAFFITTE, « NEKRASSOV NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH - (1821-1877) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-alexeievitch-nekrassov/