EKK NICOLAS (1902-1976)

Bien qu'il ait signé une demi-douzaine de films, pour la plupart inconnus en France, le nom de Nicolas Ekk, cinéaste soviétique formé par Meyerhold et Eisenstein, reste attaché à un seul titre : Le Chemin de la vie (Putievka v žizn, 1931). L'œuvre s'inspire librement des principes que développera par la suite Anton Makarenko dans son célèbre Poème pédagogique. Elle nous plonge dans les milieux de l'enfance délinquante et vise naturellement à affirmer la toute-puissance de l'éducation — marxiste-léniniste — sur les natures les plus rétives. Des gavroches ukrainiens sortis de la pègre la plus misérable s'y accomplissent dans une sorte de frénésie collective, bruyante et déchirée. L'humour n'est pas absent de cette fresque colorée, qui nous montre comment de petits voleurs à l'étalage, intelligemment pris en main, peuvent devenir d'authentiques héros de la cause socialiste.

La force du film vient de ce que la thèse, qui n'est pas exempte de naïvetés, est portée d'un bout à l'autre par un souffle épique saisissant, culminant dans la séquence de l'arrivée de la locomotive sur laquelle repose le corps sans vie de l'adolescent victime de son idéal. Le lyrisme prend le relais de l'authenticité documentaire. Pour tourner ce film, le meilleur de tous ceux consacrés à la délinquance juvénile, Nicolas Ekk vécut, plusieurs mois durant, avec son équipe dans un centre de rééducation.

—  Claude BEYLIE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-I, historien du cinéma

Classification


Autres références

«  EKK NICOLAS (1902-1976)  » est également traité dans :

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Transition »  : […] Les dirigeants soviétiques prennent conscience de l'universalité du cinéma sonore : la décision de reconvertir l'industrie est politique avant d'être commerciale, comme toujours dans le cinéma soviétique. Staline l'explique à Eisenstein et à Alexandrov au moment de les envoyer à l'étranger : « Le monde entier regarde attentivement les films soviétiques et tout le monde les comprend. Vous n'imagine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_17231

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, « EKK NICOLAS - (1902-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-ekk/