NICOLAÏSME

L'Apocalypse (ii, 6 et 15) fait allusion à la « doctrine des nicolaïtes », qui sévissent à Éphèse et à Pergame et prônent des pratiques idolâtriques et le libertinage des mœurs. On ne sait rien de ce mouvement, dont le nom est peut-être symbolique (cf. Apoc., ii, 14 et 20). Irénée et Clément d'Alexandrie citent sous ce nom une secte gnostique, inconnue par ailleurs, qu'ils rattachent sans aucune vraisemblance à Nicolas, « prosélyte d'Antioche », un des Sept choisis par les Apôtres pour les aider dans le service des pauvres (cf. Actes, vi, 5). Au Moyen Âge, on appela nicolaïtes les prêtres qui n'admettaient pas la loi du célibat.

—  Pierre Thomas CAMELOT

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « NICOLAÏSME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolaisme/