FERNÁNDEZ DE KIRCHNER CRISTINA (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Présidente de la république d'Argentine de 2007 à 2015, Cristina Fernández de Kirchner succéda à son époux Nestor Kirchner (2003-2007), qui l'accompagna durant son premier mandat.

Cristina Fernández est née le 19 février 1953 à La Plata (Argentine). Elle étudie le droit à l'université nationale de La Plata, où elle rencontre Nestor Kirchner. Ils se marient en 1975. Lorsque la junte militaire prend le pouvoir un an plus tard, ils quittent La Plata pour s'installer à Río Gallegos (province de Santa Cruz), en Patagonie, la ville natale de Nestor Kirchner. Ils s'établissent comme avocats et, avec le retour à la démocratie en 1983, ils s'engagent tous les deux dans une carrière politique.

Cristina Fernández de Kirchner devient déléguée provinciale du Parti justicialiste (P.J., péroniste) en 1985, avant de se faire élire députée de la province. En 1987, son époux est élu maire de Río Gallegos et, quatre ans plus tard, gouverneur de la province de Santa Cruz.

Cristina Fernández de Kirchner siège au Sénat à deux reprises (1995-1997, 2001-2005), ainsi qu'à la Chambre des députés (1997-2001). Elle devient l'une des plus farouches adversaires de l'administration péroniste du président Carlos Menem ; elle vote souvent contre ses projets de loi. Finalement, Nestor Kirchner est investi à la tête de l'État le 25 mai 2003, après le retrait de la candidature de son prédécesseur au second tour du scrutin.

En 2005, lors des élections sénatoriales, Cristina Fernández de Kirchner se présente dans la province de Buenos Aires – province clé où vivent environ 40 p. 100 des Argentins – face à Hilda González de Duhalde, l'épouse de l'ancien président Eduardo Duhalde, tandis que Nestor Kirchner se présente contre ce dernier pour diriger le P.J. Cristina Fernández de Kirchner remporte le siège avec 46 p. 100 des voix. Si cette victoire aide son époux à s'imposer comme le leader du mouvement péroniste, elle affirme également l'influence politique grandissante de Cristina Fernández de Kirchner. Celle-ci, for [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences politiques à l'université Rice de Houston (Texas)

Classification

Autres références

«  FERNÁNDEZ DE KIRCHNER CRISTINA (1953- )  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 981 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le second mandat de Cristina Fernández de Kirchner »  : […] Candidate à sa propre succession, Cristina Kirchner est réélue à la tête de l'État le 23 octobre 2011, dès le premier tour avec plus de 54 p. 100 des suffrages. De plus, à la faveur du renouvellement partiel du Parlement et du Sénat, organisé le même jour, la coalition au pouvoir reconquiert la majorité dans les deux Chambres. « Cristina » fait l'objet d'une ferveur populaire, savamment entretenu […] Lire la suite

KIRCHNER NESTOR (1950-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 649 mots

Président de l'Argentine de 2003 à 2007. Né le 25 février 1950 à Río Gallegos, dans la province de Santa Cruz (en Patagonie), Nestor Kirchner effectue des études de droit à l'université nationale de La Plata, où il intègre l'organisation de la Jeunesse péroniste. En 1975, il épouse Cristina Fernández, une camarade de faculté. Après avoir obtenu leurs diplômes, les jeunes mariés rentrent à Santa Cr […] Lire la suite

Les derniers événements

Argentine. Élection d’Alberto Fernández à la présidence. 27 octobre 2019

Le candidat de l’alliance Front commun, dominée par le Parti justicialiste (péroniste), Alberto Fernández, ancien chef de cabinet des présidents Nestor Kirchner et Cristina Fernández de Kirchner, remporte l’élection présidentielle au premier tour avec 48,2 p. 100 des suffrages – un score de 45 p […] Lire la suite

Argentine. Victoire des péronistes lors des primaires. 11-28 août 2019

, les formations ne présentant qu’un seul ticket. La coalition péroniste « Front de tous » représentée par les candidats Alberto Fernández, ancien chef de cabinet de la présidence, et Cristina Fernández de Kirchner, ancienne présidente, obtient plus de 47 p. 100 des suffrages, contre moins de 33 p. 100 […] Lire la suite

Argentine. Avancée dans l’enquête sur la mort du procureur Alberto Nisman. 7-27 décembre 2017

Aires. Ces accusations seront requalifiées en abus de pouvoir et obstruction par la juridiction supérieure à la fin du mois. Le 27, le juge Julián Ercolini, également en charge de dossiers visant Cristina Fernández de Kirchner, rejette la thèse officielle du suicide du procureur Alberto Nisman, en janvier 2015. Celui-ci avait accusé Cristina Kirchner d’avoir étouffé l’affaire de l’attentat contre l’AMIA pour des raisons commerciales. […] Lire la suite

Argentine. Victoire du pouvoir aux élections législatives. 22 octobre 2017

, péroniste) subit un revers, ne conservant que 73 députés et 28 sénateurs. L’Unité citoyenne (centre gauche), fondée en mai par l’ancienne présidente Cristina Fernández de Kirchner – précédemment élue sous les couleurs du PJ –, obtient 30 sièges à la Chambre. Le taux de participation est de 78 p. 100. […] Lire la suite

Argentine. Élection de Mauricio Macri à la présidence. 22 novembre 2015

Le candidat de droite Mauricio Macri, jusque-là maire de Buenos Aires, remporte le second tour de l’élection présidentielle avec 51,3 p. 100 des suffrages. Il bat le péroniste Daniel Scioli soutenu par la présidente sortante Cristina Fernández de Kirchner, qui était arrivé en tête au premier tour, en octobre. Le taux de participation est de 80,9 p. 100. Mauricio Macri ne dispose toutefois pas de majorité au Parlement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mark P. JONES, « FERNÁNDEZ DE KIRCHNER CRISTINA (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cristina-fernandez-de-kirchner/