NÉOLITHISATIONVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de « néolithisation », comme celui de « néolithique » qui apparaît dès 1865 (J. Lubbock) dans la littérature archéologique, fait référence par son étymologie à un changement technologique : l'apparition dans les outillages préhistoriques de la pierre polie (neos lithos, nouvelle pierre), opposée à la pierre taillée, seule connue de l'humanité « paléolithique ». Assez vite, le Néolithique sert à désigner une mutation plus globale, lorsque les archéologues travaillant en Europe y constatent d'autres changements solidaires du premier : les uns sont technologiques, comme l'apparition de la céramique et, plus généralement, une certaine diversification des outillages ; d'autres sont de nature sociale (groupements humains en villages) ou économique (débuts de la « production de subsistance », c'est-à-dire de l'agriculture et de l'élevage).

En 1930, V. Gordon Childe parle de « révolution néolithique », et une précocité particulière du Proche-Orient dans ce domaine lui fait désigner le Croissant fertile comme lieu originel du déclenchement de cette révolution, censée, dans une perspective diffusionniste, se répandre peu à peu à travers les régions limitrophes, avec les décalages chronologiques normaux, du centre à la périphérie du processus. C'est aussi à Gordon Childe que remonte la tendance, demeurée vivace chez de nombreux chercheurs, à considérer parmi ces changements l'un d'entre eux, la production de subsistance, comme fondamental et entraînant tous les autres.

Au cours des dernières décennies, où les archéologues ont vu se développer la complexité de leur sujet à la mesure de leurs progrès méthodologiques et de la diversification géographique de leurs recherches, ces théories se sont révélées inapplicables sans de substantiels remaniements. S'il y a bien une certaine diffusion du Néolithique à partir du Proche-Orient, elle ne semble concerner que le pourtour de la Méditerranée, et son contenu exact fait problème. La primauté de la production de subsistance dans la genèse du processus est remise en cause tant en Afri [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de la mission de Cafer Höyük et de préhistoire anatolienne du ministère des affaires étrangères

Classification

Autres références

«  NÉOLITHISATION  » est également traité dans :

NÉOLITHISATION - Afrique saharienne et subsaharienne

  • Écrit par 
  • Henri-Jean HUGOT
  •  • 3 487 mots
  •  • 2 médias

La « néolithisation » de l'Afrique saharienne et subsaharienne ne correspond pas au schéma élaboré dans le Croissant fertile du Moyen-Orient.La néolithisation est l'une des notions les plus imprécises de la préhistoire africaine, si l'on excepte de ce jugement les ethnies bordières de la Méditerranée dont il ne sera d'ailleurs pas traité ici. La fa […] Lire la suite

NÉOLITHISATION - Europe du Sud-Est

  • Écrit par 
  • René TREUIL
  •  • 3 533 mots
  •  • 12 médias

Jusqu'aux environs de 1960, la néolithisation de l'Europe sud-orientale était généralement envisagée comme un phénomène global, datable et, à la limite, ponctuel. Le mode de vie paléolithique, fondé sur la chasse et la cueillette, y avait été remplacé rapidement, pensait-on, par le mode de vie […] Lire la suite

NÉOLITHISATION - France et Méditerranée occidentale

  • Écrit par 
  • Jean GUILAINE
  •  • 4 617 mots
  •  • 12 médias

Considérant que les terres du Proche-Orient (Anatolie, Syrie, Liban, Palestine, Mésopotamie, Zagros) et leurs marges immédiates présentent de manière actuellement peu discutable les plus anciennes traces des civilisations agropastorales, on ne peut que constater la position seconda […] Lire la suite

NÉOLITHISATION - Proche-Orient et Turquie orientale

  • Écrit par 
  • Jacques CAUVIN, 
  • Marie-Claire CAUVIN
  •  • 3 345 mots
  •  • 11 médias

L'étude de la néolithisation au Proche-Orient offre un intérêt particulier : remarquablement précoce, elle s'y déclenche et s'y poursuit sans aucune influence extérieure. D'autre part, tous les facteurs qui caractérisent un Néolithique accompli (villages construits, agriculture et élevage, […] Lire la suite

ANATOLIENNE PRÉHISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jacques CAUVIN, 
  • Marie-Claire CAUVIN
  •  • 2 339 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La néolithisation de l'Anatolie du Sud-Est (7400-6500 av. J.-C.) »  : […] La première phase de la néolithisation proche-orientale, celle qui fut marquée dans les pays du Levant par l'invention de l'agriculture au début du VIII e  millénaire, ne s'est pas étendue à l'Anatolie. Celle-ci reste alors à peu près vide : on pense qu'un réchauffement postglaciaire plus tardif qu'ailleurs l'a gardée plus longtemps inhospitalière. Lorsque le Néolithique y apparaît, il n'est pas […] Lire la suite

ARCHITECTURE MÉGALITHIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Au cours du V e  millénaire, la façade atlantique de l'Europe se couvre, depuis le Danemark jusqu’au Portugal, de monuments mégalithiques ou dolmens. Il s'agit de chambres funéraires construites en gros blocs de pierre, pesant souvent plusieurs tonnes, et recouvertes d'un tertre, ou tumulus, de terre et de pierres. Les dolmens permettent d'honorer des morts importants ; on pouvait y placer de nou […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Archéologie du Soudan »  : […] Passons à des centaines de kilomètres au sud vers un autre domaine, où le patrimoine mondial a failli connaître un désastre irrémédiable : la Nubie et le nord du Soudan. Tous ont encore en mémoire les appels lancés dans les années 1960 par l'U.N.E.S.C.O. en faveur du sauvetage des vestiges de la Nubie vouée à la submersion sous les eaux du grand lac Nasser. Comme nous l'avons rappelé, des dizaine […] Lire la suite

JERF EL AHMAR SITE ARCHÉOLOGIQUE DE, Syrie

  • Écrit par 
  • Danielle STORDEUR
  •  • 1 527 mots
  •  • 4 médias

Les habitants du Proche-Orient ont accompli, entre 12 000 et 7500 avant J.-C., une importante « révolution » dont a bénéficié l'humanité. Ils se sédentarisent à partir de 12 000 avant J.-C. en construisant les premières maisons (rondes et partiellement enterrées) et les premiers hameaux. Grâce à l'existence locale de céréales et de petits ruminants sauvages, de chasseurs-collecteurs ils deviennen […] Lire la suite

NÉOLITHIQUE

  • Écrit par 
  • Jean VAQUER
  •  • 3 558 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les domestications »  : […] Le changement de mode de vie engendré par le passage d'une économie d'acquisition de subsistance naturelle à une économie de production d'espèces végétales cultivées et animales domestiquées a été considéré comme le progrès décisif du Néolithique. Il libérait l'homme de sa soumission à la nature, les communautés pouvaient se fixer, modifier leur environnement, croître et multiplier en créant les […] Lire la suite

ORIGINES DE L'URBANISME AU PROCHE-ORIENT

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 7 292 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le développement des cités le long des grands systèmes fluviaux »  : […] C'est dans la plaine alluviale du Tigre et de l'Euphrate que semble s'être opéré le grand changement qui a marqué la fin du Néolithique et qui a conduit à l'urbanisation : telle est du moins l'image qui semble prévaloir actuellement. La néolithisation du Proche-Orient, qui s'était accompagnée de l'extension de l'aire occupée par les villages, avait, semble-t-il, atteint plus tardivement les grand […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques CAUVIN, Marie-Claire CAUVIN, « NÉOLITHISATION - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/neolithisation-vue-d-ensemble/