WEST NATHANAEL (1903-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Trop longtemps méconnu, l'Américain Nathanael West est un écrivain profondément original, qui échappe à toutes les classifications de la critique littéraire. Cela lui vaut d'être généralement présenté comme un écrivain intéressant mais mineur, alors que deux de ses quatre récits, Mademoiselle Courrier-du-Cœur (Miss Lonelyhearts, 1933) et L'Incendie de Los Angeles (The Day of the Locust, 1939), peuvent être considérés comme d'authentiques chefs-d'œuvre.

Ses livres révèlent un pessimisme grinçant qui frôle constamment le nihilisme ; il y règne la violence la plus aveugle et la souffrance la plus injustifiée, écrasant une humanité parfois pathétique, presque toujours grotesque, qui tente de survivre au naufrage de l'existence en s'accrochant à des rêves minables et dénaturés. Exemple type de l'illusion : Mademoiselle Courrier-du-Cœur, où West montre un journaliste aux prises avec des correspondantes qui l'accablent de leurs désirs impossibles de beauté, de richesse et de bonheur. Or, Éros et le grand Pan sont morts, tous les dieux ont disparu, et l'Amérique marche à sa perte ; dans Un million tout rond (A Cool Million, 1934), version américaine de Candide, elle bascule dans le cauchemar ; quant à L'Incendie de Los Angeles, qui s'en prend à Hollywood, usine de rêves, donc instrument parfait d'aliénation, il se termine par une vision d'apocalypse.

West a subi l'influence du surréalisme, d'où la nature souvent onirique de ses récits, dont le premier s'appelle précisément La Vie rêvée de Balso Snell (The Dream Life of Balso Snell, 1931). Du surréalisme il a également gardé le goût de l'image inattendue et qui dérange, avec une tendance à la scatologie et une obsession de la violence qui, traduite et réinventée par l'écriture, finit par tout pénétrer et par tout détruire.

—  Jean-Paul ROSPARS

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'Institut Charles-V, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  WEST NATHANAEL (1903-1940)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Littératures juives en yiddish et en anglais »  : […] L' écriture fut toujours la forme d'expression privilégiée du peuple du Livre. Le pluricentrisme de la société juive maintenait des liens vivaces entre les diverses communautés de la diaspora. La nature particulièrement tragique de leur histoire au xx e  siècle, le traumatisme du génocide donnaient à l'identité juive son caractère douloureux et in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_44577

Pour citer l’article

Jean-Paul ROSPARS, « WEST NATHANAEL - (1903-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nathanael-west/