NANOSATELLITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des constellations et des mégaconstellations pour l’industrie

Peu après les universitaires, le privé n’a pas tardé à prendre en compte le potentiel des nanosatellites, notamment dans le cadre de constellations où de multiples satellites effectuent une mission commune. La société américaine Planet Labs (appelée initialement Cosmogia Inc.) a imaginé en 2010 les Dove, petits satellites au format 3U équipés d’une caméra pour l’observation de la Terre. Dix ans plus tard, cette entreprise dispose d’une constellation d’une centaine de satellites en orbite qui réalisent des images de l’ensemble de la surface de notre planète plusieurs fois par jour avec des résolutions de quelques mètres.

Nanosatellites Dove

Photographie : Nanosatellites Dove

Conçus par la société américaine Planet Labs pour réaliser des images de la Terre, les deux premiers nanosatellites Dove ont été déployés depuis la Station spatiale internationale en 2014. On les voit ici en train d'être libérés dans l'espace par le système de déploiement de... 

Crédits : NASA

Afficher

Depuis 2020, SpaceX envoie des centaines de petits satellites en orbite dans le cadre de son projet Starlink pour former une mégaconstellation. Ces satellites sont à peu près dix fois plus gros que les nanosatellites de Planet Labs, ce qui permet d’augmenter leurs performances. Ce ne sont donc pas vraiment des nanosatellites mais des minisatellites qui bénéficient cependant des avantages de la constellation. L’objectif affiché de Starlink est d’offrir une couverture mondiale à Internet à partir de satellites en orbite basse, autour de 550 kilomètres. À cette altitude, un satellite parcourt le ciel en quelques minutes. Pour assurer une couverture permanente, il en faut donc beaucoup. SpaceX prévoit ainsi de déployer plus de 42 000 satellites avant 2030. D’autres entreprises veulent aussi s’emparer du marché. One Web, par exemple, espère lancer plus de 1 000 minisatellites à une altitude de 1 200 kilomètres.

Et les investisseurs sont là. À titre d'exemple, Planet Labs a fait en 2021 une entrée en Bourse remarquée avec une levée de fonds de 2,8 milliards de dollars. L’observation de la Terre, quasiment en temps réel, offre en effet nombre d'opportunités commerciales : mesurer le remplissage des stocks de pétrole, le trafic dans les villes denses, le moment idéal pour les récoltes... sans parler des intérêts géostratégiques et militaires. Comme on l’a vu, StarLink, de son côté, dispose de l’appui de la compagnie SpaceX – les satellites StarLink étant mis en orbite par les lanceurs Falcon 9 développés par SpaceX –, signe d’une verticalisation du marché. Avec la capacité de couvrir l’ensemble de la planète d’un débit supérieur à la 4G, Starlink a le potentiel de rendre caduc l’ensemble des acteurs historiques de télécommunication. Il s’agit bien là d’une technologie de rupture.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Nanosatellite PicSat

Nanosatellite PicSat
Crédits : Lesia/ Observatoire de Paris - PSL

photographie

Nanosatellites Dove

Nanosatellites Dove
Crédits : NASA

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvestre LACOUR, « NANOSATELLITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nanosatellites/