KŪBRĀ NADJM AL-DĪN (1145-1226)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mystique iranien, fondateur de l'importante secte ṣūfi des Kūbrawiyya ou Dhahasiyya. Au cours d'un voyage qu'il effectue en Égypte, Nadjm al-dīn Kūbrā rencontre le shaykh Rūzbihān al-Wazzān al-Misrī et devient son disciple. Il reste quelque temps auprès de son maître, dont il épouse la fille. Il se rend ensuite à Tabrīz, afin d'y suivre l'enseignement théologique de l'imām Abū Nasr Ḥafda. C'est de cette époque que date son commentaire de la Sūnna, Sharḥ al-sūnna wa‘l-masālih. L'enseignement qu'il recevra ensuite du maître ‘Ismā'īl Kasrī contribuera à parfaire sa formation de ṣūfi. Il retourne, alors, accompagné de sa famille, dans son pays natal, le Khwārazm (Khārezm), et fonde l'ordre des Kūbrawiyya. L'enseignement qu'il dispense connaît un immense succès : il est entouré de disciples célèbres, dont Madj al-dīn al-Baghdādī. Il meurt lors de la prise de sa ville par les Mongols. La tradition fait de lui un martyr et relate sa vaillante résistance à l'envahisseur.

Nadjm al-dīn Kūbrā est l'auteur de plusieurs traités sur le ṣūfisme : Al-‘Ūsūl al-‘ashara, Risāla fī‘l-sulūk (Épître sur les voies) et Lū‘mat al-lā'īm sont parmi les plus connus. Il est également l'auteur d'un important commentaire du Qur‘ān (Tafsīr) portant le titre de ‘Aīn al-hayāt (Source de vie). Ses ouvrages témoignent d'une évolution de la doctrine ṣūfi qui s'enrichit de considérations métaphysiques. Ils influenceront le grand courant mystique qui se développera au cours des siècles suivants.

—  Michèle ÉPINETTE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  KUBRA NADJM AL-DIN (1145-1226)  » est également traité dans :

‘AṬṬĀR FARĪD AL-DĪN MUḤAMMAD B. IBRAHĪM dit (1119 env.-env. 1190)

  • Écrit par 
  • Charles-Henri de FOUCHÉCOUR
  •  • 1 307 mots

Dans le chapitre « Le fils du parfumeur »  : […] La personnalité d'‘Aṭṭār n'est saisissable qu'à travers son œuvre, les événements de son existence nous restant voilés. Il vécut à une époque où, en chrétienté, on édifiait le peuple en composant hagiographies, recueils de miracles et drames. Il passa sa vie à Neshāpūr, la ville de ‘Omar Khayyām, alors centre vital du Khorāsān, qui conserve la tombe de ‘Aṭṭār, 1190 est la date supposée de sa mort. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/farid-al-din-muhammad-b-ibrahim-attar/#i_15281

Pour citer l’article

Michèle ÉPINETTE, « KŪBRĀ NADJM AL-DĪN - (1145-1226) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nadjm-al-din-kubra/