CUZALS MUSÉE DE PLEIN AIR DU QUERCY DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les quarante hectares du musée de plein air du Quercy s'étendent, sur le causse de Cuzals, une commune de moins de cent habitants, à 35 km de Figeac. Fondé en 1982 par Jean-Luc Obereiner, ingénieur venu à l'ethnographie, l'écomusée prolonge une réflexion engagée dix ans plus tôt avec la création, à Cahors, de l'association Quercy Recherche et de sa revue d'histoire, géographie et ethnographie régionales. La recherche est toujours présente à Cuzals, où elle vit avec les saisons. Accueil de chercheurs, rencontres et colloques, éditions, en font le lieu privilégié d'observation d'un public mis en présence de sa mémoire. Cet effet de réverbération culturelle est un thème de recherche inédit.

Ce que veut rendre sensible Cuzals, c'est l'effet, sur les campagnes françaises, de la révolution du xixe siècle : mutation de l'architecture rurale, de l'équipement domestique et de l'outillage, apparition du machinisme, développement d'artisanats spécialisés tendant à la petite industrie, mais aussi désertification rurale et sa cause ou sa conséquence : l'urbanisation. Cuzals procède pour cela par ensembles muséographiques. Dès l'entrée, le visiteur découvre deux fermes reconstituées : l'une d'Ancien régime, l'autre du début du xxe siècle. Toutes deux sont délibérément présentées sans commentaire. Ailleurs, de mini-expositions didactiques s'organisent autour de thèmes généraux (musée du feu, musée de l'eau) ou d'activités traditionnelles (poterie, cuivre, vannerie, abeilles...).

Si Cuzals s'attache de la sorte à l'étude d'une société rurale traditionnelle – le Quercy du xixe siècle – son objet est aussi, plus profondément, l'interaction entre un patrimoine restitué au public et la vie. Le musée se distingue en cela des autres par le caractère de sa scénographie. Il ne s'inscrit dans la mouvance des écomusées que pour refuser de s'y laisser enfermer. Un bâtiment de gare fait, par exemple, office d'entrée, mais le panneau « Gare de Cuzals » précise qu'il n'y a jamais eu de gare ici et que l'édicule (la billetterie) provient d'une vieille gare du Gers. À travers cette supercherie en forme de « faux » muséal, les responsables du lieu délivrent sur une affiche leur définition du musée : « ... il est ancien / Le musée, c'est un voyage dans le temps / il évoque les chemins de fer / Le musée, c'est un voyage dans l'espace / il n'y a jamais eu de gare à Cuzals / Le musée, c'est la fiction / son architecture n'a rien de typiquement quercynois / Le musée, c'est l'ailleurs, les autres / sa charpente est conçue selon une technique traditionnelle / Le musée, c'est l'identité / C'est nous-mêmes. »

Cette volonté critique culmine dans l'usage fait du château, seul bâtiment initial du site, construit entre 1919 et 1930 par un industriel de la soie. Très partiellement rénové, il porte les marques du mystérieux incendie qui l'a ravagé en 1943. Choisi comme cœur de l'écomusée, il est triplement atypique pour J.-L. Obereiner. « Ni restauré ni totalement ruiné, il s'affirme comme repère, central sur le site, de l'éternel dialogue nature-culture. Ni vieux ni ancien, pastiche 1930 d'un classique campagnard, il permet à tout le site de développer une problématique du temps qui ne soit pas datée. Ni beau ni laid, il n'est exemplaire de rien, sauf de la liberté du muséographe de conserver ou de démolir. Et pourtant, bâtiment le plus déconstruit du site, c'est lui qui abrite ses services opérationnels [...]. Faut-il le supprimer ou le restaurer ? à l'identique ou en le modernisant ? est-il médiéval ou Renaissance ? pourquoi a-t-il brûlé ? peut-on le visiter ? Tous les visiteurs discutent avec nous de ces problèmes. » (Musées et Sociétés, Actes du colloque d'Ungersheim, 1991).

Le bilan que dresse le musée de Cuzals et les perspectives qu'il se donne témoignent de la même lucidité. Après les bons résultats des premières années, et comme dans beaucoup de musées, la fréquentation a en effet chuté. Le public est, en même temps, de plus en plus friand d'animations : événements, démonstrations agricoles, mise en marche de machines anciennes. Mais si les touristes viennent plus nombreux, ils dépensent chaque année un peu moins et les revenus annexes du musée baissent d'autant. Le succès initial et la vocation de son fondateur orientent ainsi le musée de Cuzals vers une activité complémentaire, mais continue, de cons [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur agrégé de philosophie, ancien chargé de mission à la Direction des Musées de France

Classification

Pour citer l’article

Jack LIGOT, « CUZALS MUSÉE DE PLEIN AIR DU QUERCY DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-de-plein-air-du-quercy-de-cuzals/