SEN MRINAL (1923-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cinéaste indien, Mrinal Sen est né le 14 mai 1923 à Faridpur, dans le Bengale oriental (auj. Bangladesh). Après des études de physique à l'université de Calcutta, il exerce successivement les professions de journaliste, de visiteur médical et de technicien du son pour le cinéma. Dans les années 1940, il rejoint l'Indian People's Theatre Association (IPTA, « Association théâtrale du peuple indien »), qui nourrira son intérêt pour le cinéma et la philosophie marxiste. Son premier film, Raat Bhore (1956, « L'Aurore »), passe quasi inaperçu. Baishey Shravana (1960, « Les Noces ») et Punascha (1961, « À nouveau »), qui abordent le thème du mariage, reflètent les opinions politiques du réalisateur, en même temps que son admiration pour l'école néo-réaliste italienne et pour le travail de Satyajit Ray (1921-1992).

À partir du milieu des années 1960, Sen se libère des astreintes du cinéma commercial, avec Akash Kusum (1965, « Dans les nuages »). Considéré par les connaisseurs de son œuvre comme un de ses meilleurs films, Bhuvan Shome (1969, « M. Shome ») dépeint un employé de bureau solitaire, interprété par le célèbre acteur indien Utpal Dutt, qui rencontre la femme d'un contrôleur des transports accusé de corruption. L'improvisation et l'humour acerbe qui caractérisent ce film, et la description naturaliste de l'Inde rurale, en feront un classique du cinéma indien. Dans sa trilogie consacrée à Calcutta – Interview (1971), Calcutta 71 (1972) et Padatik (1973, « Le Fantassin ») – Sen scrute l'agitation populaire qui secoue Calcutta à cette époque, au moyen d'expérimentations esthétiques entrecoupées de récits fragmentés. Les mœurs de la classe moyenne indienne sont décortiquées dans deux réalisations parmi les plus remarquées de Sen : Ek Din Pratidin (1979, « Un jour comme un autre »), où une famille plonge dans le désespoir après la disparition d'une des enfants, et Kharij (1982, « Affaire classée »), qui montre une famille dont un domestique est mort empoisonné au monoxyde de carbone. Ce dernier film remportera le prix spécia [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  SEN MRINAL (1923-2018)  » est également traité dans :

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots

Dans le chapitre « L’âge d’or des années 1950 »  : […] Alors que le système des studios s’est effondré tardivement au Japon (au seuil des années 1960 avec l’avènement de la télévision), l’Inde a la particularité d’avoir vu ce système péricliter très tôt sans que soit entamée la vitalité de la production et de la fréquentation. Himansu Rai, fondateur de la Bombay Talkies, meurt en 1940 et son studio ferme ses portes en 1952. L’année suivante, la Prabha […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SEN MRINAL - (1923-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mrinal-sen/