MORONI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : Comores : carte administrative

Comores : carte administrative

Carte administrative des Comores. 

Afficher

Capitale et plus grande agglomération des Comores, Moroni est située sur la côte sud-ouest de la Grande Comore (Ngazidja), île de l'océan Indien. Sa fondation par des marchands arabes, remonte probablement au xe siècle. En 1958, elle fut élevée au rang de capitale administrative des Comores, au détriment de Dzaoudzi, ville principale de l'île de Mayotte (Maore).

Situé dans une anse, le port de Moroni ne présente qu'un petit quai et manque de protection naturelle pour les navires. Équipé de nombreux entrepôts de stockage pour ses importations et exportations, ainsi que pour les produits pétroliers, il exporte de la vanille, du cacao et du café. Les industries de Moroni produisent des boissons non alcoolisées, des huiles essentielles, des objets en métal et en bois ainsi que du ciment. Malgré la présence d'immeubles de bureaux modernes, Moroni a conservé une architecture arabe traditionnelle. La ville abrite de nombreuses mosquées, parmi lesquelles figure Chiounda, un centre de pèlerinage. Elle est reliée par la route aux villes côtières de Hahaia au nord et Mitsoudje au sud et est desservie par un aéroport international tout proche. Sa population était de 41 557 habitants en 2003.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Autres références

«  MORONI  » est également traité dans :

ABDALLAH ABDERAMANE AHMED (1919-1989)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise ROMBI
  •  • 970 mots

Premier chef d'État des Comores, Ahmed Abdallah est né le 12 juin 1919 sur la côte est de l'île d'Anjouan, dans l'aristocratie de Domoni, selon sa biographie officielle. Mais divers portraits du chef du Parti vert (de la couleur des bulletins de vote) le décrivent plutôt comme un paysan madré ou un boutiquier roublard. Après une formation de niveau secondaire, il s'initie très vite aux affaires so […] Lire la suite

COMORES

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise ROMBI
  • , Universalis
  •  • 4 928 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des volcans insulaires »  : […] L'archipel, situé au nord du canal de Mozambique entre 11 0  20′ et 13 0  04′ de latitude sud, 43 0  11′ et 45 0  19′ de longitude est, se trouve à égale distance du continent africain et de Madagascar. Sa superficie globale est de 2 034 kilomètres carrés qui se répartissent ainsi : Grande Comore ( Ngazidja ) 1 025 km 2 (avec Moroni, la capitale) ; Mohéli ( Mwali ) 211 km 2  ; Anjouan ( Nzuani […] Lire la suite

Les derniers événements

25-26 mars 2008 Comores. Reprise du contrôle d'Anjouan par Moroni

Le 25, les troupes de l'Union des Comores débarquent sur l'île d'Anjouan, où le colonel Mohamed Bacar se maintient au pouvoir de façon « illégale » selon Moroni. Auteur d'un putsch en août 2001, élu en mars 2002, Mohamed Bacar a pris le contrôle militaire d'Anjouan en mai 2007, en vue d'obtenir l'indépendance de l'île, et a organisé un mois plus tard une élection présidentielle qu'il a remportée. […] Lire la suite

9-10 août 2001 Comores. Coup de force dans l'île sécessionniste d'Anjouan

Il se déclare décidé à mettre en œuvre l'accord de réunification conclu en février par les autorités d'Anjouan et la junte au pouvoir à Moroni, qui prévoyait l'instauration d'un État fédéral et l'octroi d'une large autonomie aux trois îles de l'archipel.  […] Lire la suite

26 août 2000 Comores. Signature d'un accord de paix

Toutefois, l'Organisation de l'unité africaine, qui ne reconnaît ni le régime séparatiste d'Anjouan ni le régime putschiste de Moroni, rejette cet accord qui met en cause, selon elle, l'intégrité territoriale de l'archipel.  […] Lire la suite

3-9 septembre 1997 Comores. Échec d'une intervention armée dans l'île séparatiste d'Anjouan

Cette opération traduit la victoire des « durs » sur les « modérés » à Moroni, tant au sein du gouvernement que dans l'armée. Le 5, le gouvernement annonce le retrait de ses troupes, qui ont été repoussées par les séparatistes. L'armée aurait perdu plusieurs dizaines d'hommes, et les victimes seraient également nombreuses parmi les Anjouanais. Le 9, le président Mohamed Taki Abdulkarim dissout son gouvernement et son cabinet militaire, et s'arroge les pleins pouvoirs « jusqu'à ce que la paix et la démocratie soient rétablies ». […] Lire la suite

1er-22 août 1997 Comores. « Indépendance » d'Anjouan et promesse de négociations

Le 12, alors que Pierre Yéré déclare que l'indépendance est « irréaliste et totalement inacceptable », les séparatistes anjouanais acceptent de négocier l'établissement « de bons rapports avec Moroni », mais non le principe de l'indépendance. Le 14, les sécessionnistes de Mohéli acceptent également de négocier avec le gouvernement central. Le 22, le gouvernement se dit prêt à étudier « une réorganisation des institutions » et un meilleur partage des aides financières internationales entre les îles, mais réaffirme que ni l'intégrité territoriale des Comores ni la légitimité du chef de l'État ne sont négociables. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MORONI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moroni/