MONIQUE sainte (331 env.-387)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née à Tagaste (Soukh-Ahras, Algérie) d'une famille chrétienne, Monique fut élevée sévèrement. Jeune, elle goûtait un peu trop le vin ; elle cessa quand une servante en colère lui reprocha d'être ivrogne. Elle fut mariée à un propriétaire de Tagaste, Patricius, peut-être affectueux, mais coléreux, autoritaire et infidèle. Elle avait vingt-deux ans quand naquit Augustin, suivi d'un autre garçon et d'une fille. Elle éleva pieusement Augustin, mais sans le faire baptiser, selon la coutume des riches familles de son temps.

Monique n'avait pas une conception rigide de la vie chrétienne. Augustin raconte qu'elle favorisa ses études des auteurs classiques païens parce qu'elle estimait qu'elles ne pouvaient lui nuire, mais que dans une certaine mesure elles l'aideraient à parvenir jusqu'à Dieu. Il menait déjà une vie dissolue quand Patricius mourut en 371, un an après avoir reçu le baptême. Augustin passa au manichéisme et voulut persuader sa mère de partager ses convictions. Elle, au contraire, tentait tout pour l'amener au christianisme. En vue de réfuter les erreurs de son fils, elle fit appel à un évêque qui, ne croyant pas à l'efficacité d'une argumentation, lui répondit non sans impatience : « Laisse-moi. Aussi vrai que tu vis, il est impossible que périsse le fils de larmes comme les tiennes. »

En 385, Augustin prit le bateau pour l'Italie, en cachette de sa mère qui voulait l'accompagner. Elle le rejoignit à Milan deux ans plus tard. Monique pensa que, marié, Augustin mènerait une vie plus réglée et demanderait le baptême. Elle lui trouva une fiancée très jeune ; il fallait attendre. La vocation d'Augustin était autre, le mariage n'eut pas lieu, mais Monique eut le bonheur d'assister au baptême de son fils dans la nuit du 24 avril 387. Elle se mit en route pour rentrer en Afrique avec ses fils. Ils arrivèrent à Ostie, où ils s'accordèrent quelques jours de repos avant la traversée. Augustin a raconté l'entretien qu'il eut avec sa mère sur les délices de la vie de l'au-delà, entretien [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Les derniers événements

France. Démission de Roland Dumas de la présidence du Conseil constitutionnel. 9 février - 22 mars 2000

constitutionnel. Le 1er mars, le président de la République prend acte de la démission de Roland Dumas, présentée le jour même, et nomme Yves Guéna président en titre du Conseil constitutionnel. Le 22 mars, Jacques Chirac choisit Monique Pelletier, avocate et ancien ministre, pour occuper le siège vacant au sein du Conseil constitutionnel. […] Lire la suite

France. Préparation de l'élection présidentielle. 2-30 mars 1981

-François Deniau (Réformes administratives) et Monique Pelletier (Condition féminine) démissionnent en effet pour se consacrer pleinement à la campagne du « citoyen-candidat », Raymond Barre, Michel d'Ormano et Alice Saunier-Seïté assurant l'intérim des ministères vacants. Le 13, la Pravda […] Lire la suite

France. Intensification de l'action du P.C.F. 2-20 février 1981

l'intervention de militants de la C.G.T. et du P.C.F. Jean-Pierre Elkabbach, directeur de l'information d'Antenne 2, dénonce ces « procédés scandaleux », tandis que Monique Pelletier, ministre délégué à la Condition féminine, qui devait participer au débat, parle de « méthodes fascistes ». Le 20 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « MONIQUE sainte (331 env.-387) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/monique/