MÖNGKE (1208 env.-1259) grand-khan des Mongols (1251-1259)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand-khan des Mongols (1251-1259), né vers 1208 en Mongolie, mort en 1259 dans le Sichuan, en Chine.

Petit-fils de Gengis khan et héritier du vaste Empire mongol, Möngke (Māngu) en est élu grand-khan en 1251. Il sera le dernier porteur de ce titre à installer sa capitale à Karakorum, au cœur de la Mongolie. Sous son règne, la ville atteint une splendeur sans précédent, tandis que l'extension de l'empire se poursuit à un rythme soutenu. Ses territoires deviennent si vastes et divers que Möngke est le dernier grand-khan capable d'exercer une réelle autorité sur toutes les conquêtes mongoles.

À l'Ouest, ses armées, dirigées par son frère Hülegü (Hūlāgū, 1217 env.-1265), lancent une attaque contre l'Iran, écrasant les dernières poches de résistance à la fin de l'année 1256. Les Mongols avancent alors vers l'Irak et s'emparent de la capitale, Bagdad, en 1258. Ils continuent ensuite jusqu'en Syrie en 1259 et s'emparent de Damas et d'Alep avant d'atteindre la Méditerranée.

À l'Est, les armées de Möngke, sous le commandement de son autre frère, le célèbre Qubilai (1215-1294), débordent les Chinois au sud et conquièrent le royaume thaï de Nanzhao en 1253, situé dans la province actuelle du Yunnan (Chine). Elles soumettent ensuite une grande partie des terres constituant aujourd'hui le Vietnam. Parallèlement, la plus grande partie des troupes mongoles commence à avancer en Chine proprement dite. En 1257, Möngke prend lui-même la tête de ses armées dans la région. Une épidémie décime cependant ses rangs et il y succombe à son tour alors qu'il se trouve sur le champ de bataille. Son frère Qubilai lui succède alors et achève de conquérir la Chine. Homme sévère considéré comme un souverain bienveillant par ses contemporains, Möngke aura tenté de préserver les traditions mongoles ancestrales.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MÖNGKE (1208 env.-1259) grand-khan des Mongols (1251-1259)  » est également traité dans :

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La reprise de la conquête du monde »  : […] Jusqu'à la mort de Möngke (1259), cependant, l'unité de l'Empire va être à peu près maintenue, malgré de graves dissensions internes, et la conquête du monde se poursuivra inexorablement, menée par l'ensemble des représentants des diverses branches rivales. La première campagne du règne d'Ögödei fut conduite en Chine du Nord et marqua la fin des Jin, délogés de leurs dernières possessions dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_21748

Pour citer l’article

« MÖNGKE (1208 env.-1259) grand-khan des Mongols (1251-1259) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongke/