MOMENTFORM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept musical de Momentform (ou Moment-Form que l'on peut approximativement traduire par « forme momentanée ») est dû à Karlheinz Stockhausen : il oppose à la forme traditionnelle – fondée sur le développement linéaire et dynamique d'éléments thématiques – une préoccupation structurelle postulant l'autonomie, au sein d'une composition, de courts segments temporels – les « moments » – dotés de caractéristiques musicales propres, gouvernés par certains processus (par exemple, la soustraction d'éléments), et qui, tout en se juxtaposant, sont concentrés sur le présent et non plus vers le futur.

La nécessité d'un parcours logique dans lequel on partirait d'un point A pour aboutir à un point C en passant par un point B ne se justifie plus dans cette conception du momentané envisagé comme un état structurel autosuffisant, où le matériau s'identifie à la forme. En d'autres termes, envisager le discours musical comme une suite de segments temporels autonomes revient, dans l'esprit de Stockhausen, à accorder plus d'importance à ce qui se passe durant un de ces moments qu'à leur succession, qui peut d'ailleurs être indéterminée, comme dans Momente. Le compositeur précise que cette Momentform permet d'atteindre l'intemporalité, qu'il appelle éternité, et qui « ne commence pas à la fin du temps mais est à rejoindre à chaque moment » (Stockhausen). Les notions de début, de développement et de fin sont abolies, aucun moment ne se voit accorder la prééminence sur un autre, un moment ne résulte jamais de celui qui le précède ni n'annonce celui qui le suit.

Kontakte (1960 et 1961) annonce cette nouvelle conception du temps. Mais c'est dans Momente (« Moments », 1962) que Stockhausen a pour la première fois appliqué celle-ci avec rigueur ; il n'est pas nécessaire d'exécuter l'intégralité des « moments » de cette pièce de forme ouverte.

—  Alain FÉRON

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « MOMENTFORM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/momentform/