MINIMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membres d'un ordre religieux fondé par saint François de Paule. Né en Calabre, probablement en 1416, François était entré vers 1449 chez les Frères mineurs ; il s'en éloigna bientôt (1452) pour embrasser la vie érémitique dans laquelle il persévéra de longues années, fuyant les contacts avec le monde ou ne fréquentant que les gens les plus pauvres. Ayant gagné des disciples, il fonde pour eux des couvents, dont le premier est celui de Coenza. La règle très sévère, qu'il rédige pour ses frères minimes, approuvée en 1474, sera remaniée plusieurs fois.

En 1482, sa réputation de thaumaturge lui vaut d'être appelé par Louis XI à Plessis-lez-Tours. Hanté par la crainte de la mort et cherchant le salut dans les reliques et les pèlerinages, le roi attend d'être guéri. François se contente de l'exhorter à réparer ses injustices, mais il l'apaise par le rayonnement de sa sainteté et l'assiste jusqu'à sa mort (30 août 1483). Il meurt lui-même à Plessis le 2 avril 1507.

Le développement de l'ordre en France est une conséquence de ce séjour. Grâce à Charles VIII, des couvents sont fondés, en 1491, à Plessis-lez-Tours et à Amboise. À Paris, où le saint ne vient qu'en 1496, la fondation bénéficie de l'appui fervent de deux hommes influents dans le monde des couvents et des écoles, Jean Quentin et Jean Standonck. Ce dernier reçoit en 1503 l'habit du tiers ordre. C'est à l'ordre des Minimes qu'appartenait le père Marin Mersenne (1588-1648), le célèbre correspondant de Descartes.

L'ordre existe encore aujourd'hui en Italie et en Espagne.

—  André DUVAL

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MINIMES  » est également traité dans :

FRANÇOIS DE PAULE saint (1416-1507)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 365 mots

Déjà âgés, Jacques Alexis dit Martolilla et Vienna di Fuscaldo, habitants de Paola, près de Cosenza en Calabre, eurent un fils auquel ils donnèrent le nom de François. Son enfance fut pieuse. À douze ans, il passa un an chez les Frères mineurs de San Marco Argentano. Malgré les instances des Frères, il ne voulut pas y rester. En 1429, il alla avec ses parents en pèlerinage au Mont-Cassin, à Lorett […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Naufrage du chimiquier « Ievoli-Sun ». 31 octobre 2000

sur les transports de matières dangereuses. Les jours suivants, toutefois, les traces de pollution restent faibles. « La diffusion lente du styrène devrait avoir des conséquences minimes pour l'environnement », précisera, le 6 novembre, Dominique Voynet, ministre de l'Environnement. […] Lire la suite

Union européenne. Baisse du principal taux directeur de la Banque centrale. 8 avril 1999

Duisenberg, affecter la stabilité monétaire européenne dont l'Institut d'émission européen est garant, car les risques d'un retour de l'inflation sont minimes. Les marchés financiers accueillent favorablement cette baisse. […] Lire la suite

Tchad – France. Nouvelle intervention de l'armée française au Tchad. 10-19 février 1986

, minimes, ralentissent à peine le pont aérien établi par la France pour livrer du matériel militaire aux forces gouvernementales. L'objectif principal de cette opération, baptisée « Épervier », est la mise en place à N'Djamena d'un dispositif aérien dissuasif, composé de Mirage-F1, de Jaguar, d'un […] Lire la suite

U.R.S.S. Nomination de Iouri Andropov à la tête de l'État. 14-16 juin 1983

Les 14 et 15 a lieu à Moscou une session plénière du comité central du P.C.U.S. Les changements apportés à sa composition sont minimes : Vitali Vorotnikov est nommé membre suppléant, tandis que Grigori Romanov, membre du Politburo, est nommé secrétaire du comité central chargé de la politique […] Lire la suite

Pour citer l’article

André DUVAL, « MINIMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/minimes/