HERNÁNDEZ MIGUEL (1910-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Madrid. « Éclair qui n'a de cesse »

C'est en 1933 que Miguel rencontre le grand amour de sa vie, Josefina Manresa, couturière, fille d'un garde civil. En mars 1934 il retourne à Madrid où il travaille à l'encyclopédie taurine de José María de Cossío. Il devient l'ami de Pablo Neruda et de García Lorca, et de plusieurs autres écrivains célèbres. Le séjour madrilène, décisif sur le plan poétique, est marqué de déchirements et de remises en question. À la suite de difficultés financières, Miguel rentre à Orihuela. En février 1936 paraît Éclair qui n'a de cesse (El Rayo que no cesa). Ce recueil, qui est le fruit d'une longue gestation, chante un amour sensuel et douloureux, à travers des images somptueuses, qui, partant de l'éclair initial, abordent tous les aspects de la matière. L'élégance, le raffinement des sonnets n'entravent point la sourde et violente tension lyrique :

Comme le taureau je suis né pour le deuil et la douleur, comme le taureau je suis marqué par un feu infernal au côté, et comme mâle à l'aine par un fruit. (xxxiii)

Le poète se définit comme terre,

Je m'appelle Miguel mais je m'appelle argile. Argile est ma profession et ma destinée qui de sa langue tache tout ce qu'elle lèche... (xv)

ultime image de l'amour auquel il se voue totalement.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HERNÁNDEZ MIGUEL (1910-1942)  » est également traité dans :

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Déclin. Mort. Survivances »  : […] Calderón, bien avant sa mort (1681), était devenu l'unique auteur d'autos joués pour le « Corpus » dans la capitale. Au temps de Charles II et pendant la première moitié du xviii e  siècle, le théâtre espagnol, incapable de se renouveler, vit surtout de reprises et de « refontes » de pièces du Grand Siècle. Les autos caldéroniens sont repris ou pastichés faiblement jusqu'au moment (1765) où un act […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-sacramental/#i_4138

Pour citer l’article

Marie-Claire ZIMMERMANN, « HERNÁNDEZ MIGUEL - (1910-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-hernandez/