MOHRT MICHEL (1914-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain français. Michel Mohrt est né en 1914 à Morlaix (Finistère). Licencié en droit, diplômé de l'école militaire d'infanterie de Saint-Maixent, il est mobilisé en 1939 dans une section d'éclaireurs-skieurs à la frontière des Alpes, où il combat les troupes italiennes. Jusqu'en 1942, il est avocat à Marseille, où il fait la connaissance de Robert Laffont. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il travaille un an dans la maison d'édition de celui-ci, avant de quitter, en 1947, la France pour les États-Unis puis le Canada, où il devient directeur littéraire d'une maison d'édition de Montréal. Il rentre en France en 1952 et travaille alors aux éditions Gallimard, où il dirige le département des littératures anglo-saxonnes, publiant notamment Faulkner, Kerouac et Styron. Il est élu le 18 avril 1985 à l'Académie française. De facture classique, l'œuvre de Michel Mohrt évoque volontiers la Bretagne, sa région natale, et l'amour de la mer (Le Serviteur fidèle, 1953 ; La Prison maritime, 1962), et revient sur le temps de l'enfance et de la jeunesse (La Maison du père, 1979 ; Vers l'Ouest, 1983). Elle s'interroge aussi sur le temps de la guerre et ses conséquences (Le Répit, 1945 ; La Campagne d'Italie, 1965). Un temps proche de l'Action française et de la droite nationaliste, Michel Mohrt s'est toujours voulu en sympathie avec les œuvres de Drieu la Rochelle, Montherlant ou Robert Brasillach. Sous une forme romanesque puis plus directement biographique, Mon Royaume pour un cheval (1949) et Tombeau de La Rouërie (2000) brossent un tableau de la « drôle de guerre » et de la France défaite à travers le portrait de son ami Jean Bassompierre, fondateur à Vichy du Service d'ordre légionnaire, qui intégra ensuite la division Charlemagne et fut fusillé à la Libération. Michel Mohrt a rassemblé ses essais sur la littérature américaine dans L'Air du large (1970).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« MOHRT MICHEL - (1914-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-mohrt/