JEURY MICHEL (1934-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La parution en 1973 du Temps incertain dans la collection dirigée par Gérard Klein Ailleurs et Demain, fait l'effet d'un coup de tonnerre dans le paysage de la science-fiction française. Évoluant dans les univers intérieurs chers à Philip K. Dick grâce à la chronolyse (une drogue capable de manipuler le temps), formellement influencé par certaines recherches du nouveau roman, Le Temps incertain dresse le tableau prémonitoire d'un futur dominé par les multinationales, la crise de l'énergie, l'état de guerre permanent. Le choc est d'autant plus grand que l'auteur, né le 23 janvier 1934 à Razac-d’Eymet (Dordogne), de parents ouvriers agricoles, est un parfait inconnu. Ses deux précédents romans de science-fiction, parus en 1960, sous le pseudonyme d'Albert Higon, sont alors largement oubliés, bien que l'un d'eux, La Machine du pouvoir, ait obtenu le prix Jules-Verne.

Michel Jeury va devenir le chef de file – voire le « gourou » – d'une science-fiction française en plein renouveau. À quarante ans, après une grave dépression et des années difficiles, il vit cette situation comme une renaissance. Alors que Le Temps incertain était rythmé par une fuite intérieure et construit autour de l'émiettement du moi (la chronolyse est avant tout le rêve d'un temps figé aux couleurs de l'enfance, où le héros, Daniel Dersant, espère assurer son bonheur personnel, sans être concerné par le monde qui l'entoure), Les Singes du temps (1974), deuxième volet de la trilogie chronolytique, est marqué par le désir, encore timide, de briser le cocon de la régression schizophrénique. On voit pointer aussi le désir d'utopie, tout comme dans la nouvelle La Fête du changement, incluse dans l'anthologie Utopies 75 (1975).

Dans Soleil chaud, poisson des profondeurs (1976), troisième et fort complexe volet de sa trilogie, le narrateur trace les lignes de force du monde tel que l'imagine Jeury : « Depuis mon enfance, je me débats entre deux impulsions contradictoires. D'un côté : en sortir, échapper à je ne sais quel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  JEURY MICHEL (1934-2015)  » est également traité dans :

SCIENCE-FICTION

  • Écrit par 
  • Roger BOZZETTO, 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 8 006 mots
  •  • 4 médias

L'« effet science-fiction » commence au niveau de la phrase. Ainsi Michel Jeury, dans Les Enfants de Mord (1979), fait dire à l'un de ses personnages : « Vous devez savoir que Louis Catalina n'est pas mort. Enfin, il n'est plus mort. » Un autre ajoute un peu plus loin : « J'espère qu'il restera mort un bon bout de temps ! ». Puis, c'est Catalina qui prend la parole : « Je co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/science-fiction/#i_28444

Pour citer l’article

Denis GUIOT, « JEURY MICHEL - (1934-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-jeury/