MÉROÉ (O. Rolin)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir étendu le champ de sa réflexion littéraire à l'espace planétaire dans L'Invention du monde (Seuil, 1993), et réduit l'échelle temporelle de ce même livre à une seule journée, Olivier Rolin a choisi comme point d'ancrage la nation de l'Est africain au bord de la mer Rouge, décrit par Hérodote comme « le pays des déserteurs ». Après Port-Soudan (Seuil, 1994), il y situe une part essentielle de l'action de Méroé (Seuil, 1998). Ce roman garde le principe de l'unité de temps : dans sa chambre de l'hôtel des Solitaires à Khartoum, le narrateur attend l'arrivée des policiers qui vont lui demander d'« établir les événements survenus à Méroé, à l'aube du second jour du ramadan », et il rassemble ses souvenirs.

Les sources des histoires humaines sont aussi fuyantes que celles du Nil – « rien qu'un grouillement de réseaux liquides, un nid de serpents d'eau... une figure innombrable »  – et ce récit trace de nombreux méandres, remonte même aux temps historiques du Soudan médiéval ou de sa colonisation par l'Angleterre, avant de conduire le lecteur vers le nœud de l'action, la mort d'Else, écrasée sur le champ de fouilles de Méroé par l'effondrement d'un mur recouvert d'une fresque représentant le Jugement dernier.

Il ne s'agit pas d'un accident, mais d'un meurtre à la culpabilité duquel aucun des personnages de l'histoire ne peut échapper. Ce roman revendique explicitement de multiples références littéraires, notamment celle d'Oscar Wilde – dont la phrase Each man kills the thing he loves revient comme un leitmotiv – ou celle de Joseph Conrad. Le narrateur est fasciné par le directeur des fouilles de Méroé, Vollender, sorte de Kurtz dont le « Cœur des ténèbres » serait l'Allemagne d'après la chute du Mur de Berlin, et qui poursuit à l'est du Continent noir de sombres et complexes obsessions archéologiques et personnelles. Le S [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « MÉROÉ (O. Rolin) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/meroe-o-rolin/