MÉNESTREL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'âge romantique s'est fait une idée flatteuse de ce musicien errant, l'opinion des contemporains était plus réservée. Le ménestrel ou « ménestrier » était parfois un vaurien, comme tous ces amuseurs venus d'on ne sait où. Mais le statut des ménestrels s'est peu à peu précisé, les distinguant à la fois des simples jongleurs, plutôt mimes ou acteurs, et des trouvères, qui sont en propre des auteurs et compositeurs. Au xive siècle, le ménestrel est un joueur d'instrument de musique, généralement « bas instrument » ou instrument à cordes, guiterne ou harpe, plus rarement « instrument de bouche », spécialité des hérauts de la chevalerie. En somme, le répertoire du ménestrel n'est pas la fanfare, mais la musique douce, la chanson sentimentale et courtoise. À Paris, les ménestrels de la ville constituent une corporation enregistrée en 1341. Les ordonnances royales veillent à ce que le métier soit correctement exercé et censurent les chansons qui se moqueraient du roi, des nobles ou de l'Église. La clientèle comprend surtout les riches bourgeois et les princes qui les invitent à leur hôtel. Mais les cours royales et princières ont voulu s'attacher des ménestrels en leur offrant un emploi à gages. Cette situation plus stable les oppose aux bateleurs et aux jongleurs qui les jalousent tout en faisant état d'une plus grande liberté. Les ménestrels de cour ont joué un grand rôle dans la définition et la diffusion des diverses écoles musicales et poétiques. Venus d'Angleterre, d'Allemagne ou de Lombardie, ils se rencontrent aux grandes fêtes où ils rivalisent de talent. Les princes se font aussi occasionnellement la politesse de les échanger. Mais les « chapelles » du xve siècle marquent peut-être la fin d'un idéal et d'un métier.

—  Daniel POIRION

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MÉNESTREL  » est également traité dans :

LUTH

  • Écrit par 
  • Joël DUGOT
  •  • 7 042 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle profane et rôle sacré »  : […] On sait peu de chose sur l'emploi du luth dans la musique au Moyen Âge. Cela tient d'abord au manque total de documents écrits, puisque la musique elle-même commençait seulement de se donner des règles graphiques. La notation musicale venait de naître et restait très imprécise. De plus, elle ne s'adressait qu'aux chants liturgiques, tropes ou séquences. Le choix des instruments était donc des plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luth/#i_24945

MÉNESTRANDISE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 256 mots

Terme d'ancien français qui désignait la profession de musicien ( xiv e - xv e  s.) et qui resta en usage jusqu'aux xvii e et xviii e  siècles pour désigner la corporation des ménestrels (appelés encore ménestriers ou ménétriers) fondée à Paris en 1321. La ménestrandise (ou ménestrandie) possédait sa rue et sa chapelle, Saint-Julien-des-Ménestriers, détruite pendant la Révolution. Le chef de cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menestrandise/#i_24945

MESTER DE JUGLARÍA, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 288 mots

Antérieur au mester de clerecía , avec lequel il coïncide en partie, le « métier de jonglerie » s'applique aux poèmes épiques récités par les jongleurs, ou aux poèmes narratifs, lyriques ou dramatiques des xii e , xiii e et xiv e siècles. Fondé sur la tradition orale et les gestes historiques, il est la première manifestation de la langue romane ( romance ) qui deviendra le castillan. L'ensemble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mester-de-juglaria-litterature/#i_24945

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « MÉNESTREL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/menestrel/