Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÉGARE

Cité grecque de l'isthme de Corinthe, située au milieu d'une étroite plaine fertile entre le territoire de Corinthe et l'Attique. Possédant de bons ports sur le golfe Saronique, Mégare était tournée plus volontiers vers l'Égée que vers l'Occident. C'est pourtant en Sicile orientale qu'elle fonda sa plus ancienne colonie, Megara Hyblaia. Mais ses établissements les plus importants se trouvent en Propontide et dans la région du Pont, où les Mégariens fondèrent Byzance, Chalcédoine et Héraclée Pontique. Au ~ viie siècle, Mégare fut le théâtre de troubles qui aboutirent à la tyrannie de Théagénès sur lequel on ne sait à peu près rien. De ces troubles et de ces conflits qui opposèrent alors l'aristocratie au démos, on trouve l'écho dans les poèmes de Théognis, encore que l'interprétation des fragments qui nous sont parvenus de l'œuvre de ce dernier ne soit pas toujours aisée. Ces troubles, en tout cas, affaiblirent la cité qui perdit une partie de son territoire tombé aux mains des Corinthiens, et qui dut par ailleurs abandonner Salamine aux Athéniens. Au ~ ve siècle, Mégare fait partie de la ligue péloponnésienne ; le décret de Mégare (~ 432), par lequel les Athéniens, accusant en particulier les Mégariens d'accueillir les esclaves fugitifs, leur fermèrent les marchés de l'empire, est l'un des facteurs qui furent à l'origine de la guerre du Péloponnèse. Au ~ ive siècle, Mégare joue un rôle de plus en plus effacé. Après la mort de Socrate, ses disciples s'y réfugient quelque temps. Dans la seconde moitié du siècle, on la trouve alliée d'Athènes dans la lutte contre Philippe. À la même époque, Mégare était réputée pour son industrie lainière et pour son école de sculpture.

— Claude MOSSÉ

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

    • Écrit par Jacques CHAILLEY, François JOUAN
    • 5 708 mots
    • 2 médias
    ...des cortèges d'hommes déguisés en animaux. Dès le début du ve siècle, en Sicile, Épicharme écrit de brefs mimes comiques, joués par des acteurs. Mégare, première ville dorienne sur la route de l'Isthme, a peut-être été un point de jonction entre traditions doriennes et attiques, celles-ci représentées...

Voir aussi