MÉDAILLE D'OR DU CNRS 2017

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Alain Brillet

Alain Brillet
Crédits : Frédérique Plas/ CNRS Photothèque

photographie

Thibault Damour

Thibault Damour
Crédits : Frédérique Plas/ IHES/ CNRS Photothèque

photographie


Alain Brillet, un expérimentateur imaginatif

Alain Brillet, physicien français, est un spécialiste de l’optique. Il est né le 30 mars 1947 à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Diplômé de l’École supérieure de physique et chimie industrielles (ESPCI) de la ville de Paris, il entre en 1970 au CNRS où il sera directeur de recherche à partir de 1982, après avoir travaillé au sein de l’université Paris-Sud (Orsay), puis à l’université Nice-Sophia-Antipolis. Ses premiers travaux se tournent vers la cohérence en optique, domaine alors nouveau qui accompagne le développement des lasers. Ces nouvelles sources produisent en effet une lumière aux précieuses propriétés : longueur d’onde précise, phase parfaitement définie et stable, faisceau lumineux très directif. Après la décennie 1970, alors que la détection des ondes gravitationnelles par l’observation des vibrations d’un cylindre massif paraît dans une impasse, l’idée d’un instrument interférométrique progresse. Celui-ci exploiterait en effet au maximum les propriétés de cohérence de la lumière d’un laser pour détecter les minuscules modifications de l’espace-temps que provoquerait le passage d’une onde gravitationnelle. Le principe d’un tel interféromètre, proposé en 1962, est précisé en 1973 par Weiss, professeur de physique au Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui sera l’un des trois lauréats du prix Nobel de physique 2017 : il avait analysé les sources de bruit pouvant limiter la sensibilité et montré ce qu’il était possible d’espérer d’un tel outil d’observation.

Alain Brillet

Alain Brillet

Photographie

Spécialiste de l'optique, le physicien français Alain Brillet a reçu en 2017 la médaille d'or du CNRS – qu'il a partagée avec son compatriote Thibault Damour – pour son apport majeur à la détection des ondes gravitationnelles. Il a notamment développé des solutions innovantes dans le... 

Crédits : Frédérique Plas/ CNRS Photothèque

Afficher

Les études se multipliant, Alain Brillet étudie dès 1982, à Orsay, comment un laser stabilisé en fréquence, dont la lumière est recyclée de nombreuses fois par des allers-retours dans l’instrument, permet de contrôler puis mesurer le déplacement d’un miroir, provoqué par l’onde gravitationnelle, avec une précision relative qui dépasse l’imagination (de l’ordre de 10-21). Ce principe est à la base du fonctionnement des détecteurs Virgo et LIGO. En 1990, avec l’équipe italienne qui étudie l’impact de la séismici [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Paris-VII-Denis-Diderot, membre de l'Académie des sciences

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LÉNA, « MÉDAILLE D'OR DU CNRS 2017 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaille-d-or-du-cnrs-2017/